Garachico (Tenerife)

13/07/2016

Créé par le banquier génois Cristóbal del Ponte en 1496, le port fait commerce avec l’Europe, l’Afrique et les colonies américaines. Il attire une importante population de marchands et d’armateurs dont les espoirs et fortunes sont ensevelis sous les laves du volcan Trevejo (appelé aussi Pico Viejo) en 1706. Un nouveau port est ouvert à Puerto de la Cruz et Garachico devient une discrète cité de pêcheurs mais son centre historique, l’un des plus raffinés des Canaries demeure intact. Le quartier du xviie s. borné par le couvent des Franciscaines à l’est et la place Juan González à l’ouest est marqué d’élégantes façades coloniales. Les rues Esteban de Ponte ou Francisco Martinez et la place de la Liberté (plaza de la Libertad) conservent les plus beaux témoins de cette époque. L’église Santa Ana (1520) reconstruite au xviiie s. possède un portail Renaissance plateresque doté de fins piliers et de plafonds à caissons mudéjar, un tabernacle classique et des retables baroques. Tranchant par sa rudesse sur le maniérisme du centre-ville, la maison de Piedra, ancien palais des comtes de la Gomera (XVIIe s.), affiche une façade de pierres taillées et d’ornements sculptés. Il accueille aujourd’hui des expositions temporaires.

Des quartiers populaires de la rue Zamora et Santa Ana près du port de pêche, se dégage une atmosphère tranquille et bon enfant. En fin de journée, suivre le paseo maritime est un sport local. La promenade dans le jardin de la Puerta de Tierra se prolonge jusqu’à Los Reyes au panorama exceptionnel. Le littoral magnifique est dessiné par les laves qui forment un charco nommé El Caletón. Ses piscines naturelles permettent de se baigner face au centre historique de Garachico et des falaises de La Culata. Garachico est le point de départ de plusieurs randonnées comme la Caleta de Interián, le volcan Chinyero et le parc naturel de Teno… 

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.