Betancuria (Fuerteventura)

13/07/2016

Ce fut l’une des premières terres conquises en 1404 par Jean de Bethencourt, envoyé du roi de Castille et bientôt promu souverain des Canaries. L’explorateur français donna son nom à la capitale de Fuerteventura, menant hardiment la colonisation. Hélas, une razzia de pirates berbères au XVIe siècle anéantit la ville originelle. Seul élément patrimonial, l’église Santa Maria (XVIIe s.) possède un intéressant plafond à caisson artesonado mudéjar et un retable baroque or et polychrome. Le musée d’archéologie (Casa-Museo arqueológico) expose des vestiges archéologiques et des objets usuels guanches et donne plusieurs clés sur les premières expéditions européennes.

L’atmosphère détendue, agréable et conviviale de ce village tranquille dédié au tourisme rural tranche avec les ambiances plus dynamiques du littoral. Attendez-vous à une pause heureuse et à déguster quelques spécialités du cru dont le fromage de chèvre. Goûter les produits du terroir peut donner envie d’en découvrir les territoires. Betancuria se trouve au centre d’une région vallonnée parfois entaillée par des gorges, verdoyante, couverte de palmiers, d’arbres fruitiers et nantie d’une flore endémique abondante préservée dans l’enceinte du parc rural.

Plusieurs chemins sont à suivre : celui qui mène au mirador Corrales de Guize où l’on se rend pour le point de vue à 360° et les sculptures d’Emiliano Hernández figurant deux rois guanches. Celui qui relie le village de Pájara à l’ermitage de l’église Nuestra Señora de Regla. Entre Tiscamanita, Toto et les valles de Ortega, un faisceau de plusieurs sentiers de randonnée (2h30 en moyenne) mènent qui au ravin de Teguereyde, qui au cratère de la Gairía ou encore à Antigua. Cette petite cité de charme est connue pour ses moulins (on peut visiter l’un d’eux converti en musée) et pour son golf 18 trous dessiné par le double champion du monde Manolo Piñero. Sa conception a intégré la difficulté de l’approvisionnement en eau et son optimisation. Une initiative respectueuse de l’environnement et des paysages.

Retour haut