À goûter, siroter…

15/07/2016

À manger

On commence volontiers par des potages de légumes verts frais ou de légumineuses avant de goûter à l’un des ragoûts ou pot-au-feu typiques (puchero et cocido) à base de chèvre, cochon noir, cabri, lapin, mérou, saupe, ou poisson-perroquet accompagnés de papas arrugadas (petites pommes de terre) et de mojos (sauce verte douce ou une sauce rouge pimentée).  Les fruits de mer sont plus volontiers consommés sous forme de tapas, les poissons poêlés ou grillés.

Pour les fêtes de Pâques, les foyers préparent un sancocho (poisson salé, papas arrugadas, patates douces) servi avec une galette de gofio, une farine de blé ou de maïs torréfiée, base de l’alimentation guanche.

Les gourmets pourront s’enquérir des spécialités locales, à Teror (Gran Canaria) : boudin noir, chorizo, confiseries des nonnes ; à Tejeda : massepain (mazapán et bienmesabe, une pâte d’amandes grillées sirupeuse ; à El Hierro : quesadilla de fromage à l’anis.

Les fromages de chèvre canariens méritent leur réputation et chaque île a le sien : queso de flor de Guía à Gran Canaria, queso palmero à La Palma, curado de cabra à Tenerife et queso majorero à Fuerteventura.

Les desserts intègrent volontiers les fruits dans la liste des ingrédients : crèmes, sorbets, flancs ; fruits et jus de fruits mélangés (papaye et jus d’orange).

À boire

Les jus de fruits et le garapo (jus de canne à sucre fraîche) se boivent tout au long de la journée.

Le vin de la vallée de La Gería (Lanzarote) est un vin de cépage malvasía de Méditerranée. Une tournée dans les bodega s’impose, ne serait-ce que pour le paysage. Blanc sec ou moelleux, rouge ou rosé, moscatels, la production de l’archipel se diversifie. Chaque île produit un vin qui lui est propre.

Ron miel : ce mélange savamment dosé de miel de palme et de rhum vieux fait baisser le titre de l’alcool (20°). La seule distillerie de rhum traditionnel se trouve à La Palma.

Bizarre, bizarre

Déguster (si l’on en trouve) un gofio à base de rhizome de fougère ainsi que le faisaient les Guanches avant l’introduction du seigle ou du maïs par les Occidentaux.

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.