Mont Lubin

04/05/2014

En suivant la route aux “52 virages”, outre le fait qu’elle offre de superbes points de vue sur l’océan, on découvre vraiment l’âme de Rodrigues. Un paysage âpre où la végétation endémique s’associe aux paysages agricoles. Toutes les routes de l’intérieur convergent à Mont Lubin, un gros bourg perdu au milieu d’une campagne clairsemée de manguiers, vacoas (ou pandanus) et cactus.

Les cultures de maïs et manioc y créent un damier inégal. Il a fallu tout le génie de l’homme et son obstination pour couvrir certaines collines de cultures vivrières, maintenir la fertilité de pâturages cernés par des murets en pierre de corail.

À proximité de Saint Gabriel, le mont Limon vaut d’être gravi. L’effort n’est pas démesuré, ce point culminant de l’île n’affiche que 328 m. Et la récompense est de taille : on y a un panorama sur toute l’île.

La géographie tourmentée des terres intérieures peut surprendre. Elle s’explique par la jeunesse de l’île qui n’a que 1,5 millions d’années, ce qui en fait la plus jeune des îles de Mascareignes. Autrefois couvertes d’une immense forêt, les pentes se sont peu à peu dépouillées de leurs arbres, exploités pour le bois. L’érosion est aujourd’hui l’un des facteurs les plus défavorables à l’expansion des cultures.

Le Trail de Rodrigues suit les routes intérieures. Cette course à pied a lieu tous les ans en novembre et mobilise les habitants des montagnes dans une atmosphère festive et conviviale. Un bon moyen pour les coureurs de voir un autre visage de Rodrigues.

Le plus Comptoir des Voyages

Louer un VTT pour découvrir la région à son rythme.

Nous on adore

Assister à une messe à l’église Saint-Gabriel, avec les Rodriguais

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.