Marie-Galante & la Désirade

14/07/2017

La vie y est douce comme dans la chanson de Laurent Voulzy : Marie-Galante, surnommée l’île aux cent moulins ou encore « La Grosse Galette », est la plus grande des îles satellites qui entourent la Guadeloupe. Dans une version plus rurale que Grande-Terre, Marie-Galante vit de la culture de la canne, comme en témoignent ses champs de canne à sucre qui ondoient sous le vent, et le siwo, batterie qu’on trouve en vente au Grand-Bourg.

Une incursion à l’intérieur des terres vous permettra de goûter un rhum de qualité dans les distilleries du cru qui se vantent de produire « le meilleur rhum du monde » (par exemple Bielle et Bellevue).

Plusieurs sentiers permettent de faire des balades accessibles entre forêt et mer, mangroves et pâturages, avec des points de vue à couper le souffle sur la Guadeloupe. L’île invite à prendre le temps. Pour profiter de ses plages de sable blanc et de ses lagons, d’une promenade en charrette à bœufs ou encore d’une soirée tranquille au rythme du piano-bar, il faut passer quelques jours sur place. De Pointe-à-Pitre, compter 45 min en bateau.

Un cran au-dessus encore dans la tranquillité et la douceur de l’isolement, la Désirade, désignée ainsi par un Christophe Colomb heureux d’apercevoir enfin la terre après sa traversée de l’océan, compte 1 500 habitants pour un territoire de 11 km sur 2 km de large. Il fait bon se promener dans les herbes hautes jusqu’au panorama du Chemin de Croix. Le littoral, resté sauvage, est couvert de cactus. Mais aussi observer les iguanes à la pointe des Galets, le long des falaises, et admirer les coquillages qui recouvrent la plage des Galets, en contrebas.

Retour haut