30/04/2017

Construite sur plusieurs collines verdoyantes surplombant les eaux du détroit de Davis, Sisimiut est malgré son aspect de gros bourg aux maisons éparpillées la seconde plus grande ville du Groenland avec près de 5 500 habitants. Située à 75 kilomètres du cercle polaire arctique, celle dont le nom signifie « l’endroit près des terriers de renards » est la première agglomération au nord de ce parallèle où l’on utilise des traîneaux à chiens, car on touche ici à la limite sud de la banquise hivernale.

La majorité de la population actuelle descend de la culture de Thulé qui s’installa au Groenland au XIIIe siècle. Plus récemment, Sisimiut fut une station baleinière importante, alors connue sous son nom danois, Holsteinsborg. Plusieurs bâtiments témoignent encore de cette époque, dont l’église Béthel (1775), dite l’« église bleue », la plus ancienne du pays, et Gammelhuset (1725), « la vieille maison ».

Chez les voyageurs Anglo-Saxons, la ville a la réputation d’être rough and remote, c’est-à-dire rude et isolée. Sisimiut est pourtant agréablement coincée entre la jolie baie de Kangerluarsunnguaq et le fjord d’Amerloq, et ses eaux offrent l’avantage de rester libres tout au long de l’année. Une promenade entre les bâtiments colorés confirmera qu’une atmosphère cool baigne le centre historique. On peut y caresser des chiens attachés aux angles de la plupart des maisons, ou admirer la jeunesse s’exercer aux joies du bmx. Il n’y a que deux choses dont il faut se méfier : les rochers glissant d’humidité et l’herbe spongieuse des tourbières.

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.