25/04/2017

Blottie sur une plaine dont elle tire son nom, au fond du fjord de Tunulliarfik, Narsaq est une jolie bourgade de 1 600 habitants. Ceux-ci se désignent encore eux-mêmes ironiquement sous le terme de cow-boys, car jusqu’il y a peu c’est à cheval que l’on menait les nombreux troupeaux de moutons. Les temps ont changé dans ces parages, et l’économie locale a suivi. Les plus gros élevages se sont éloignés, laissant la ville se réorienter vers l’exploitation minière, notamment en raison de gisements d’uranium du côté du proche village de Kvanefjeld.

En se promenant, on remarquera plusieurs jardins cultivés et clôturés. D’une part, ils sont cultivés comme un souvenir encore très actif du passé agricole ; d’autre part, ils sont clôturés parce que les moutons avaient naguère la liberté de pâturer à travers les rues de la ville. C’est la raison pour laquelle vous verrez ici des pommes de terre, des navets et des carottes, mais aussi des fraises en quantités généreuses.

Narsaq offre d’agréables possibilités d’excursions vers les fermes et rivières des environs, ainsi que de très intéressantes randonnées, telle l’ascension du Qaqqarsuaq, la grande montagne qui domine la ville et attire les géologues. Ils s’intéressent en particulier à la tugtupite, minéral rose foncé découvert ici même en 1957 et dont le nom inuit signifie « sang de renne ». La localité est aussi, et cela se sait moins, un des rares sites d’observation de l’aigle de mer, qui niche à flanc de montagne et s’alimente principalement de poisson.

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.