01/09/2014

La presqu’île du Péloponnèse tisse sa légende au gré de ses paysages verdoyants bordés de côtes aux replis secrets, dépositaires d’une histoire millénaire. Des Mycéniens (1200 ans av. J.-C.) aux Ottomans, tous les peuples d’Europe ont laissé ici leur empreinte. Les sites archéologiques de Mycènes, Olympie, Épidaure et Corinthe résument et exaltent l’histoire de ces civilisations. Les vestiges mycéniens se concentrent dans la plaine de l’Argolide. Argos d’où la région tient son nom, est à ce jour la plus ancienne cité grecque de l’Antiquité. Elle a conservé de son passé de capitale un théâtre et une vaste forteresse.

Si la Corinthe moderne veille sur l’isthme qui relie les mers Égée et Ionienne, la ville ancienne n’est plus qu’un champ de ruines, mais on devine que les peuples vécurent là dans une opulence peu commune. C’est à Mycènes, ville des Atrides édifiée au xive siècle avant J.-C., que résonne le mieux l’écho de la Grèce antique. Palais, muraille, monuments ont traversé les âges comme miraculeusement, presqu’intacts. Les sculptures notamment, postées sur les linteaux des portes et des tombes, la coupole du tombeau d’Agamemnon, le palais des Atrides, lui ont valu une inscription au Patrimoine mondial de l’humanité de l’Unesco.

Créée par les navigateurs orientaux, prospère sous la domination d’Argos, délaissée par les Romains, la cité de Nauplie doit sa renaissance aux Byzantins qui ont logé leur forteresse dans les failles de l’éperon rocheux dominant la cité antique. Les Vénitiens du xve siècle l’embelliront et la doteront d’ouvrages de défense ainsi que d’un centre ville harmonieux. Il fait encore tout le charme de la cité d’aujourd’hui, villégiature appréciée des Athéniens pour ses places italiennes et son front de mer. 

L’étrange beauté du site antique d’Épidaure est révélée par son écrin de verdure cerné de montagnes pelées aux reliefs abrupts. On y célébra dès le ve siècle av. J.-C. et des siècles durant le culte d’Asclépios, le dieu guérisseur. Pour divertir une population toujours plus fervente, Polyeucte le Jeune y construisit à la fin du ive siècle av. J.-C. un magnifique théâtre relevé de ses ruines entre 1954 et 1963. Il accueille aujourd’hui un festival d’été où sonnent les vers d’Eschyle, Sophocle ou Euripide en version originale sous-titrée en anglais. Le site archéologique est classé au patrimoine mondial de l’humanité.

Le plus Comptoir des Voyages

Loger dans un petit hôtel (La Petite Planète) avec piscine dans la campagne tout près de Mycènes ou dans un appartement sur la petite île de Poros.

Nous on adore

Se prendre pour la Callas et tester l’acoustique dans le théâtre d’Epidaure.

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.