Peuples et institutions

10/09/2016

Politique

Les États-Unis sont une république fédérale constitutionnelle composée de 50 Etats et du District fédéral de Columbia (territoire de la capitale fédérale, Washington). 

Pouvoir exécutif : le président est élu tous les 4 ans au suffrage universel indirect, c´est à dire par un collège de « grands électeurs » élus au suffrage universel direct dans les différents États. Son mandat n'est renouvelable qu'une fois. Le président et le vice-président sont élus simultanément. Ils forment ce qu'on appelle un ticket
Note : le président est à la fois chef de l´État et chef du gouvernement, qu'il nomme avec l´accord du Sénat. 


Pouvoir législatif : il est détenu par le Congrès, constitué de 2 chambres : la Chambre des Représentants (435 membres) et le Sénat (100 membres). Les représentants et les sénateurs sont élus au suffrage universel direct dans chaque État. Le nombre de représentants d'un État est fonction de la population de celui-ci. C´est ainsi que la Californie, le plus peuplé, compte 52 représentants alors que d’autres, comme le Delaware ou le Vermont, n'en ont qu´un seul. Le mandat d'un représentant est de 2 ans. Les sénateurs sont deux par État. Leur mandat est de 6 ans. Le Sénat est renouvelable par tiers tous les 2 ans.

Économie

Croissance : 2.4 %  (Banque Mondiale, 2015)

Taux de chômage : 4.7% (Bureau of Labor Statistics, 2016 )

Taux d’inflation : 0.1 % (Banque Mondiale, 2015)

Malgré les évolutions récentes, l’économie américaine demeure la plus puissante du monde. L’assise des services (80% du PIB et % des actifs) permet de relativiser le danger que représenteraient pour elle les performances des pays émergents en termes de production : l’économie des Etats-Unis est déjà celle d’une société postindustrielle, qui, en dépit de ses faiblesses, possède une sérieuse avance sur ses concurrentes. Premiers exportateurs, premiers importateurs, les Américains contrôlent le commerce mondial (dont le dollar est la monnaie de référence). La production demeure en outre de tout premier rang. L’agriculture (2% du PIB) bénéficie d’espaces favorables, d’une mécanisation poussée et du développement des biotechnologies (semences, par exemple).

Le goût de l’innovation technique, appliqué aux richesses minérales du continent, a dès longtemps favorisé l’essor d’une industrie (18% du PIB et % des actifs) souvent hégémonique. D’importantes ressources énergétiques ont porté cet essor : pétrole, gaz naturel, charbon et des fleuves et rivières qui ont permis le développement d’installations hydroélectriques à grandes capacités. Depuis l’incident de la centrale de Three Miles Island en 1979, le nucléaire se cherche. Cependant, les USA étant les plus gros consommateurs d’énergie au monde (plus du quart de l’énergie utilisée), ils sont contraints, pour cette raison et d’autres, d’importer 35% du pétrole dont ils ont besoin.

Quant aux services, ils sont donc la clé du développement ; la banque et la finance, les assurances et la santé, la distribution et le tourisme en sont des pôles majeurs (l’administration, cependant, est le premier employeur du secteur). Ces atouts n’empêchent pourtant pas que 13% des Américains vivent en dessous du seuil de pauvreté et que les disparités sociales soient profondes (en dépit des prolongements du rêve middle class). La récente crise du crédit a dévoilé des fragilités et marqué la nécessité d’un recours à l’État fédéral. En résumé, l’Amérique est forte, dynamique, inégalitaire, capable de projection planétaire et, au gré de ses réussites et de ses échecs, donne encore le ton de l’économie mondiale.

 

Peuples

On a l'habitude de caractériser la variété ethnique de la société américaine par le mot melting–pot, qui signifie « creuset ». Aujourd´hui, la communauté blanche non hispanique est toujours, de loin, la plus importante (75% de la population). Les Noirs forment, avec 12% de la population, la deuxième communauté du pays.  Notons que les Noirs sont majoritaires dans certaines villes, dont Washington et Detroit. Ils représentent également 40% de la population de Chicago, de Philadelphie ou de New York. 

Le Mississippi avec plus de 37% de sa population suivi par la Louisiane (33%) et la Géorgie (32%) sont les états les plus « noirs » des états sudistes. Jackson, la capitale du Mississippi, la population noire atteint presque les 80%, à Baltimore 64%, Memphis 63%, à New Orleans 60%, à Atlanta, Savannah ou Montgomery autour des 55%.

Pour sa part, la communauté hispanique, qui représente au moins 9% de la population, est en très forte expansion. La présence hispanique est particulièrement importante en Californie, au Nouveau–Mexique et au Texas mais, également, en Floride, terre d'accueil de nombreux réfugiés cubains. Autre groupe en plein développement, les asiatiques. S’ils ne représentent aujourd'hui que 3% ou 4% de la population américaine, ils ont progressé de 107% entre 1980 et 1990. Cette communauté est surtout présente à Hawaii (37%) et en Californie (14%) mais s'installe également sur la côte Est, dans le New Jersey (9%) et dans l'Etat de New York (8%). 

Enfin, même si sa croissance démographique est forte, la communauté amérindienne ne représente plus que 1% de la population.

Demander un devis

Parler à un spécialiste
Etats-Unis

01 85 08 23 53 Du lundi au samedi de 10h à 18h30
Nos voyages Floride et le Sud

Idées associées

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.