05/09/2016

La capitale du Tennessee doit sa fortune à la Natchez Trace, la seule route des Etats-Unis classée Parc national. Ses surnoms de Vatican protestant ou d’Athènes du Sud, illustrés par l’ahurissante copie du Parthénon dans Centennial Park ou le capitole, ne font pas oublier son surnom numéro un de "Music City". Nashville s’est fait connaître mondialement comme capitale de la country-music.

Plusieurs musées comme l’incontournable Country Music Hall of Fame (visite combinée avec le Studio B de RCA fréquenté par toutes les stars, Elvis en tête) ou le Ryman Auditorium, mais aussi les magasins de musique et les clubs lui donnent une ambiance conviviale. Avec ses stars, ses concerts, c’est devenue une destination en vogue. On y trouve des boutiques dignes de New York ou Los Angeles, où l’on y déniche vêtements, mobilier ou objets vintages.

Lower Broadway (Honky Tonk Highway) est rythmée par les bars musicaux. Les rives de la Cumberland, la leçon de danse au Wildhorse Saloon ou un concert au Grand Ole Opry font partie des passages obligés. Johnny Cash, George Jones ou Willie Nelson ont chacun leur musée. Le Musicians Hall of Fame honore les musiciens anonymes. Depuis plusieurs années, Nashville s’est orientée vers tous les genres musicaux : country, bluegrass, rock cohabitant avec les sons latinos ou africains. Loger dans le centre, où se trouve la majorité des attractions, demande un budget élevé. À la périphérie, les demeures et plantations historiques rappellent que l’on est au cœur du Sud. Franklin, site d’une bataille de la Guerre de Sécession, mérite un détour.

Nous on adore

Passer une soirée au Bluebird Café où se produisent les talents de demain et flâner dans le Gulch ou le West End, des quartiers branchés mais moins touristiques que l’hyper centre.

Retour haut