Géographie et Environnement

09/09/2016

Géographie

Après la Russie et le Canada, les Etats-Unis disposent de la troisième superficie du monde. Au contact des océans Atlantique et Pacifique, leur dimension maximale d´est en ouest est de 4517 km. Du nord au sud, elle est de 2 572 km. 

Il va de soi qu'un tel pays présente une grande variété de paysages, de climats, ainsi qu’une riche biodiversité. Pourtant, sa géographie physique de base est assez simple. D'est en ouest, on distingue trois ensembles principaux : 
- le massif des Appalaches, auquel il convient d'adjoindre la plaine côtière atlantique ; 
- les plaines du centre, appelées Grandes Plaines (Midwest) ;
- le système des Montagnes Rocheuses, qui s'étend jusqu'à la côte pacifique. 

Faune

Ces paysages abritent et nourrissent encore élans, wapitis, cerfs, chevaux, chèvres sauvages, mouflons bighorns, ours, loups, coyotes, écureuils, marmottes, castors, chiens de prairie, pumas, couguars, ocelots, caïmans… Que dire des oiseaux ? 350 espèces au Yosemite National Park, en Californie ! On ne citera donc que le pygargue à tête blanche (Bald Eagle) élevé au rang de symbole national. Autre symbole, le bison (Buffalo), exploité de toutes les manières possibles (du divertissement à l’engrais), faillit disparaitre à la fin du XIXe siècle ; on peut cependant, sur certaines routes du Dakota ou du Wyoming, avoir à freiner pour le laisser traverser…

Flore

La forêt est superlative ; si elle couvrait à l’origine la majeure partie des sols, elle en ombrage encore un tiers (6 fois la superficie de la France !). Un exemple pour illustrer le bonheur que représentent ces forêts pour le promeneur observateur : à lui seul, le Great Smoky Mountains National Park (Caroline du Nord-Tennessee) offre plus d’essences que l’Europe tout entière ! Un autre : c’est à la grande diversité des espèces qui constituent la forêt mixte du nord-est que l’ont doit les somptuosités chromatiques de l’été indien. Et que dire des forêts de séquoias géants de Californie ? Ce sont les arbres de tous les records. Le General Sherman est qualifié de « plus grand être vivant sur terre », c’est abusif : d’autres séquoias passent ses 84 mètres…

Boréale, mixte, tempérée, tropicale, la forêt est donc la forme majeure de la végétation américaine. Elle cède cependant au relief et au climat. La prairie herbeuse occupe des Grandes Plaines centrales, s’éclaircissant de tall grass en short grass, puis en buffalo grass, au fur et à mesure que les précipitations se font rares. Les plateaux arides du centre des Rocheuses offrent un maquis (le chapparal) ou une steppe d’armoise et de genévriers lorsque l’eau manque. Les épineux et les cactées sont des variétés d'arbres dans ce climat très sec. Parfois de façon majestueuse : le cactus saguaro, emblème de l’Arizona, peut mesurer 15 mètres et peser 8 tonnes (désert de Sonora). Par contre, de la mangrove des Everglades, au sud de la Floride, aux bayous de Louisiane, la végétation tropicale luxuriante est omniprésente.

Environnement

La Californie, toujours pionnière en matière de protection de l´environnement, a été le premier État à imposer l'essence sans plomb et le pot catalytique. Les entreprises dégagent des moyens pour devenir « green », se tournent vers l´équitable, attendant, bien entendu, un avantage concurrentiel de cette nouvelle image. Énergies solaire et éoliennes font l'objet d'un développement spectaculaire. Depuis longtemps, les hôteliers ne changent plus draps ou serviettes qu'à la demande. Le covoiturage, pratiqué de longue date, le retour des transports en commun dans les villes sont d'autres indices, pas seulement symboliques, d'une (encore trop lente) évolution. 

Au début de son mandat, Barack Obama avait affiché des objectifs ambitieux en matière d’environnement. Aujourd’hui, les associations dressent le bilan plutôt médiocre de son action : une politique pusillanime et versatile qui n’a pas résisté à la crise économique et financière. L’idée que des mesures green contraignantes (relatives aux émissions de gaz à effet de serre, par exemple) seraient contreproductives en termes économiques semble prévaloir à nouveau dans l’administration américaine. Pour les écologistes, le projet Keystone XL d’oléoduc entre l’Alberta et le Texas symbolise les ambigüités présidentielles dans le domaine environnemental.  

Retour haut