Peuples et institutions

19/12/2014

POLITIQUE

Les institutions de la république démocratique d’Éthiopie laissent un pouvoir honorifique au Président. Le Premier ministre, choisi par le parti majoritaire, exerce l’essentiel des pouvoirs. Depuis 1995, cette fonction est détenue par Haïlé Mariam Dessalegn. Des réformes structurelles sont en cours ainsi qu’un « Plan de croissance et de transformation (2010-2015).

ÉCONOMIE

Croissance : 7 % (2012)

Taux de chômage : +50 % (source Afrique Renouveau - ONU)

Déficit public : 2,7 % du PIB (2012).

La situation du pays, en dépit d’un taux de croissance élevé (7 % en moyenne depuis une décennie) peine à trouver l’équilibre. En raison notamment de ses besoins croissants de produits importés.

L’agriculture représente 46,2 % du PIB. Le pays est exportateur de café (1er producteur d’Afrique), de maïs (2e producteur d’Afrique), d’oléagineux, de légumes et produits horticoles. Les sécheresses de ces dernières années rendent difficile le maintien de certaines cultures. L’élevage représente une part importante des ressources en dépit des conditions climatiques extrême et du surpâturage.

Son indice de développement humain est faible. Elle se classe au 173e rang sur 187 pays. Les conflits ethniques régionaux, l’afflux de réfugiés fragilisent son économie.

PEUPLES

De nombreuses ethnies cohabitent sur le territoire éthiopien (40 groupes et 70 langues !). Pour tenter de régler les nombreux et éprouvants conflits qui découlent de cette diversité, une fédération des peuples d’Éthiopie a été mise en place. Elle réunit des régions dites « ethniques ».

Ormos et amharas sont majoritaires (+ de 60% de la population), afars, tigrés, somalis, gurages, sidamas et welayatas (25%).

Les autres ethnies comptent parfois une centaine de représentants seulement. C’est au sud que se concentre la plus grande diversité ethnique. 

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.