Les volcans Erta Ale et le Dallol

09/01/2015

Pays volcanique s’il en est, l’Afar comprend deux sites d’envergure : l’Erta Ale et le Dallol. Signifiant “montagne fumante” en afar, l’Erta Ale (613 m d’altitude) est avec le Kilauea (Hawaï) et l’Erebus (Antarctique), l’un des trois volcans terrestres où bouillonne un lac de lave permanent. Cernés par une caldeira de 1 600 mètres de long sur 700 mètres de large, deux cratères accueillent les remous des laves en fusion.

Spectacle grandiose et unique que ces lumières venues du plus profond de la terre, quand l’ascension terminée, vous bivouaquerez au bord du cratère. Les croûtes de laves solidifiées se craquèlent sous la pression des laves en fusion, le volcan semble tout entier vibrer sous la puissance tellurique.

Très différente est la géographie du volcan Dallol à 70 kilomètres au nord de l’Erta Ale. Sa dernière éruption remonte à 1926. Totalement minérale, déchiquetée, taillée, incisée par les multiples événements géologiques qui marquent son quotidien, cette dépression n’a pas d’équivalent dans le monde.

La péninsule de l’Afar se détache de la Corne de l’Afrique. Ses mouvements terrestres nourrissent le sous-sol du Dallol en dépôts salins qui peuvent atteindre 2 000 m d’épaisseur. En surface, aux champs plans hérissés d’aiguilles volcaniques ou de piliers de soufre ou de sel succèdent de vastes étendues salées aux teintes fluorescentes de vert, jaune, blanc,  noir ou oranger.

De magnifiques résurgences et combinaisons chimiques habillent les vasques acides de reliefs multicolores.  Seuls les Afars ont su composer avec ce milieu féroce dont ils extraient le sel qu’ils commercialisent à Addis-Abeba.

Le plus Comptoir des Voyages

A quelques kilomètres du village d’Ahmed Ela se trouve la carrière d’où Afar et Tigré arrachent des plaques de sel qui sont façonnées en barres de quelque 6 kg, qu’ils acheminent à dos de chameau vers les haut-plateaux abyssins.

Nous on adore

Observer les caravanes de chameaux, souvent constituées de plusieurs centaines de têtes acheminer leur marchandise sur une plaine de sel qui semble s’étendre à l’infini.  

Retour haut