Pärnu et sa région

02/05/2017

Depuis la tour d’observation du parc national de Soomaa, l’étendue des marécages paraît infinie. La vaste plaine inondée est un complexe hydraulique de 370 km2 irrigué par les eaux du fleuve Pärnu. Soomaa, qui peut être traduit sans surprise par Terre des marécages, n’en est pas moins habitée par une population paysanne qui « vogue » à ses occupations… lorsque toutes les terres sont recouvertes d’eau entre la fin de l’hiver et le début du printemps. La grande faune y sera comme partout ailleurs peu visible, mais les oiseaux peuplent par milliers les eaux tranquilles des marécages ou les futaies.

Allemande, polonaise, russe, lettone, quelle civilisation des pays baltes, Pärnu n’a-t-elle pas rencontrée ? Sa position sur la mer Baltique et ses eaux chaudes libres des glaces en hiver l’ont dès le XIIIe siècle placée au cœur du commerce hanséatique ce dont témoignent l’hôtel de ville, les remparts et maisons ou entrepôts restaurés. De port marchand, la cité devient au XIXe siècle une station balnéaire chic et choc, le premier journal en langue estonienne y sera imprimé par Johann Voldemar Jannsen. Elle conserve aujourd’hui l’honneur d’être le port d’attache de la flotte de pêche d’Estonie, de faire partie de l’association des villes d’eau européennes et d’arborer le Pavillon bleu qui récompense la qualité des eaux de baignade.

Le plus Comptoir des Voyages

Se faire chouchouter au SPA après une balade sur la longue plage de Pärnu.

Nous on adore

Observer les oiseaux du parc national de Soomaa : aigles royaux, cigognes noires, des pics, pluviers dorés…

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.