Nos coups de cœur en Estonie

01/05/2017

prendre le ferry d’Helsinki à Tallinn

Tallinn et Helsinki se font face séparées par la mer Baltique, mais réunies par une histoire commune au cours de laquelle se sont faites et défaites les alliances politiques, commerciales et culturelles. Réaliser une traversée permet d'en mesurer l'impact sur les deux pays. On peut aussi prendre le ferry seulement pour goûter au paysage marin, la beauté de ses îlots et à la variété des littoraux, apercevoir qui sait, une colonie de phoques ou d’oiseaux migrateurs.

flâner sur la colline de la Cathédrale

Tartu a pour devise : la « ville des bonnes idées ». Elle ne pouvait être plus appropriée, la seconde ville d’Estonie ayant en effet accueilli la première université d’Estonie et la seconde des pays baltes – respectivement 1632 pour Tartu et 1579 pour Vilnius. Sa population est pour 1/7e constituée d’étudiants, ce qui donne à la ville une atmosphère légère et festive. Épargné par l’urbanisme soviétique, le centre-ville est charmant, en tant que dépositaire du Réveil national, il expose fièrement sa culture nationale. Sur la colline de Toomemägi, lieu où s’est élevé le premier bastion de Tartu, le parc est une halte paisible.

se balader dans le parc Kadriorg

Tallinn a conservé de Pierre Le Grand qui fut son tyran, un château splendide et devenu fierté nationale pour l’Estonie ! Située au bord du littoral, cette résidence d’été impériale devient un pôle d’attraction pour l’aristocratie russe qui édifie tout autour ses villas et palaces et un quartier réservé aux domestiques le sloboda (ou village russe). La mode des villégiatures balnéaires est née. Le parc planté de plus de 550 arbres lors de l’édification du château par Nicola Michetti a été transformé au XIXe siècle en modèle du jardin classique. Le château de Kadriorg est devenu un musée des beaux-arts.

buller sur les plages du lac Peïpous

Le lac Peïpous composé de trois lacs contigus se partage entre l’Estonie et la Russie. Le 4e plus grand lac d’Europe occupe depuis plus de quatre siècles une position stratégique. C’est ici que se réfugièrent les orthodoxes russes en 1666 opposés à la réforme de leur église. Les villages de Kallaste et Kolkja abritent les descendants de cette communauté. La richesse piscicole et le tourisme maintiennent la population dans les villages de pêcheurs de Vasknarva ou Mustvee où l’on déguste de délicieux poissons fumés.

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.