À bouquiner, regarder…

19/04/2017

Pages estoniennes

Pays frontière (1997) de Emil Tode

Star de la nouvelle génération d’écrivains des années 1990, Emil Tode soulève ici un tabou de la société communiste sur l’homosexualité.

La beauté de l’histoire (2001) de Viivi Luik

Poésies, récits, romans, l’auteure est une figure en Estonie. Elle décrit ici la triste Baltique communiste de Riga à Tallinn.

Dictionnaire historique de l’Estonie (2005) de Suzanne Champonnois et François de Labriolle

Sa parution date un peu, mais sa richesse en fait un ouvrage utile pour qui s’intéresse en profondeur à ce pays.

La Colline-du-Voleur de A. H. Tammsaare (2009)

Premier volet d’une saga familiale embrassant un demi-siècle d’histoire estonienne, Vérité et Justice.

Cinéma d’Estonie

La Dernière relique (restauré en 2002) de Grigori Kromanov

Film très populaire dont les chansons, composées par Paul Eerik Rummo, se fredonnent encore dans les rues de Tallinn.

Le Printemps (restauré en 2006) de Arvo Kruusement

Cette adaptation d’un récit d’Oskar Luts a nourri plusieurs générations. L’histoire retrace la vie d’adolescents dans la campagne à la fin du xixe s.

Sügisball (2007) de Veiko Õunpuu

Six personnages en quête de sens évoluent dans l’un des grands ensembles soviétiques de la banlieue de la capitale.

Crosswind : La Croisée des vents (2014) de Martti Helde

La vie en détention d’une Estonienne envoyée en Sibérie avec sa jeune enfant suite à la répression soviétique du 14 juin 1941.

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.