06/12/2017

Quito est la seconde ville la plus haute du monde, elle culmine à près de 3000 mètres et se révèle donc utile pour habituer les voyageurs au soroche, le mal des montagnes qui les tenaille dès la sortie de l’avion et qui n’est qu’un préambule aux plus hauts sommets du pays…  

L’architecture dominante à Quito est celle héritée des trois siècles de domination espagnole : églises menues, murs colorés et ornements baroques dans la pierre font le sel du centre historique. Ce dernier reste l’attraction principale et préférée des visiteurs car déambuler à pied est encore le meilleur moyen de découvrir la ville. Pour en savoir plus sur la culture précolombienne, la Casa del Alabado et son musée sont incontournables, tandis que la Compañía ainsi que le couvent San Francisco offre un art religieux très fourni. On retient également la Basilica del voto nacional, édifice où les gargouilles représentent les animaux les plus typiquement équatoriens, où l’on peut profiter du café dissimulé dans la basilique ou encore grimper jusqu’en haut des tours, si on ne craint pas le vertige...

Au fur et à mesure des déambulations, on arrive tôt ou tard sur la Plaza de la Independencia (ou Plaza Grande), un lieu de passage où se retrouve une architecture espagnole faite d’arcades, de balcons, de façades blanches et de jardins. Elle borde trois monuments : le palais de l’Archevêché, la Cathédrale, et le Palais du Gouvernement. On peut visiter ces deux derniers et chaque lundi matin, celle du Palais est gratuite car à 11 heures, le président Correa salue la foule depuis le balcon ! Son apparition publique s’accompagne de musique et de fanfare. La place est un point de rendez-vous fréquent pour les spectacles de danse, mais est également un lieux de repos à l’ombre des palmiers, ou pour se désaltérer sur un patio. Enfin la Ronda est l’une des plus vieilles rues de la capitale et possède de nombreux cafés très animés qui permettent de ressentir le Quito ancien.

Quelques parcs sont agréables à croiser lors d’une caminata à travers la capitale, et notamment le parque Carolina qui abrite un vivarium, un jardin botanique et un musée. Le Panecillo est également intéressant. Vous ne pouvez pas le rater, il s’agit de la colline qui surplombe la ville. La vue imprenable est son principal intérêt, depuis son sommet mais aussi depuis le haut de la vierge d’aluminium où le panorama à 360° sur les volcans alentours est splendide. Quant à la Mariscal, le quartier moderne de Quito, outre le très intéressant Museo Nacional Ministerio de Cultura, il devient surtout captivant le soir car sa vie nocturne y est la plus dynamique de la ville.

Retour haut