Nos coups de cœur au Caire et dans Le Delta

07/01/2016

Saqqarah

Nécropole la plus ancienne de Memphis, le site de Saqqarah (dérivé de Sokaris, le Dieu des Morts) est particulièrement connue pour la pyramide à degrés. Construite par Imhotep, l'architecte du pharaon Djoser, il s'agit du tout premier monument érigé en pierre et non plus en briques. Mais le site vaut également le coup d'œil pour les mastabas de Ti et de Mereruka, dont les splendides bas reliefs relatent la vie quotidienne de l'époque.

Dashur

À 10kms de Saqqarah, sont regroupées les sept pyramides des IVe et XIIe dynasties. Le site était jusqu'à la fin des années 90 une zone militaire. Désormais ouvert au public, sa visite peut se faire dans la même journée avec celui de Saqqarah. Les plus célèbres sont la Pyramide noire, saisissante malgré sa silhouette endommagée par le temps, la Pyramide rouge, à l'allure plus trapue et considérée comme la première vraie pyramide, et enfin la pyramide dite « rhomboïdale », dont l'inclinaison change à mi-hauteur, ce qui l'aurait préservée de l'érosion.

Le Caire copte

Prendre le métro jusqu'à la station Mar Girgis (Saint Georges) est la façon la plus directe de rejoindre le Caire Copte : la sortie se situe en face d'une église grecque orthodoxe, à deux pas de la forteresse romaine. Le musée copte voisin donne une idée de ce à quoi ressemblait une église copte de l'intérieur aux Ve, VIe et VIIe siècles. On y trouve notamment les Codex Nag Hammadi, une collection importante de 1 200 papyrus du IVe siècle. À voir en sortant du musée : l'ancien siège du patriarcat copte, l'église de la Vierge ou El-Moallaqa (« la suspendue »). Dans et hors les murs, une dizaine d'autres églises sont visitables. Celles qui se trouvent à l'intérieur de la forteresse ont bénéficié de grands travaux de restauration.

Le Quartier des tanneurs (Caire)

Dans le quartier populaire de Sayyida Zeinab, le long de l'aqueduc, reconnaissable aux tours de bois sur lesquelles on fait sécher les peaux, se cache le quartier des tanneurs, vestige d'une pratique artisanale qui remonterait aux pharaons. Dans les allées de terre battue, on peut aller voir les charrettes chargées de cuir ou encore les planches de bois sur lesquelles ont été clouées les peaux pour les faire sécher, et discuter avec ceux qui incarnent cet artisanat historique. Chaussés de bottes en plastique, indifférents aux odeurs, les tanneurs accueillent avec bonhomie les visiteurs.

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.