09/01/2016

Quand elles surgissent, majestueuses, de l'horizon cairote, au bout de l'avenue éponyme, leur apparition déclenche une euphorie enfantine. Leur visite également, car sur ce site grand comme une ville, il fait bon avancer, les pieds dans le sable, entre ces monuments, hymnes mortuaires aux pharaons devenus à leur insu les stars du futur – Kheops, son fils Kephren et son petit-fils Mykérinos.

Ces chefs d'œuvre d'architecture, à l'alignement stellaire, ont été construits quelques 2 500 ans avant Jésus Christ : sépultures sans équivalent, elles sont la dernière des Sept Merveilles du monde à tenir encore debout. Elles incarnent aussi le témoignage grandiose d'une croyance en la vie éternelle. Le chantier de leur réalisation a nécessité la participation de dizaines de milliers d'ouvriers. À l'origine, elles étaient entièrement recouvertes d'un calcaire blanc, qui les rendait brillantes. On peut visiter deux des trois chambres mortuaires, pour les voyageurs qui ne redoutent pas de s'enfoncer dans les étroites galeries, caractéristiques des lieux, mais aussi le musée de la barque solaire, à l'intérieur duquel se trouve une barque en cèdre de 43 mètres, qui devait permettre au pharaon de réaliser son voyage vers l'au-delà.

Pèlerinage patrimonial par excellence, la visite de Gizeh peut être complétée par une promenade en chameau ou en cheval sur le site : sous le regard monalisesque du Sphinx, c'est une expérience magique. Pour ceux qui préféreraient éviter d'avoir à marchander dans ce lieu hautement touristique où le bakchich est roi, il est aussi possible de siroter un jus de citron à la menthe à la terrasse du café surplombant les Pyramides, de préférence au coucher du soleil.

Le plus Comptoir des Voyages

Séjourner dans un hôtel au pied des pyramides.

Nous on adore

Mettre de côté sa claustrophobie et s’aventurer à l’intérieur de la grande pyramide.

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.