11/09/2014

Mykonos est aux Cyclades ce qu’Ibiza est aux Baléares. Une pépite hédoniste, dont les magnifiques plages et les moulins à vent chaulés de blanc incarnent à eux seuls la quintessence des îles grecques. Popularisée dans les années 60 par la jet-set, et notamment les fêtes dionysiaques d’Onassis, Mykonos est l’île la plus branchée des Cyclades.

Sur les plages de Platis Yialos, Paradise Beach, Agios Sostis, et surtout Psarou, les “beautifull people“ se prélassent sur des chaises longues. La nuit, les ruelles de Chora se transforment en boîte de nuit fréquentée par une importante communauté gay, sur fond de techno assourdissante. Pour découvrir la capitale de l’île, rien ne vaut une balade tôt le matin quand les fêtards dorment.

Le port, aux maisons colorées plongeant dans la mer, n’a pas usurpé son surnom de “Petite Venise“. Dans le quartier du Kastro, l’église de Paraportiani aux influences byzantines est la plus ancienne de l’île. Les férus d’histoire apprécieront le musée Maritime Egéen. Sur les hauteurs de Chora, les moulins à vent de Kato Myli coiffent des collines brûlées par le soleil, offrant un panorama superbe sur la mer d’un bleu céruléen.

À la sortie de la ville, se présentent des paysages arides où les seuls habitants semblent être des ânes et des chèvres. Petits murets de pierre encadrant des pâtures ou des champs d’oliviers, chapelles en quantité. Avant de rejoindre les belles plages tranquilles de Panormos et d'Agios Sostis au Nord de l’île, faites un détour par la région d'Ano Mera à l'Est, où vous pourrez visiter le monastère de Panagia Tourliani, patronne de Mykonos.

Le plus Comptoir des Voyages

Naviguer en caïque jusqu’aux plages du Nord.

Nous on adore

Lézarder sur les plages du Sud.

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.