Santiago de Cuba

06/11/2015

Il fait chaud à Santiago de Cuba. Bien plus chaud que dans le reste de l’île. Coincée entre les montagnes de la sierra Maestra et la mer des Caraïbes, ce port fut choisi comme première capitale de Cuba en 1522, bien avant la Havane en 1607.

Sa situation géographique à l’extrême sud-est, va projeter l’île sur le devant de la scène et attiser toutes les convoitises. Conquistadors, pirates, contrebandiers, négriers, colons, commerçants, troupes américaines, Fidel Castro…, tous vont débarquer dans ce port ouvert sur les Antilles pour partir à la conquête de cette terre promise. Un brassage culturel qui va faire de Santiago, une des villes les plus métissées de Cuba et particulièrement avec l’Afrique très présente dans la musique, la cuisine, la danse et la religion.

La chaleur, parfois étouffante, surtout l’été, semble ralentir le rythme de la cité héroïque. Les rues pentues ajoutent à la nonchalance des promeneurs curieux de découvrir le quotidien des Santiagueros. Car ce que l’on vient chercher à Santiago, en plus des musées et des monuments de l’époque coloniale inscrits au patrimoine mondial, c’est l’ambiance des rues animées, l’émotion contenue dans le son, la vraie musique cubaine qui s’échappe des échoppes et ses héros nationaux, José Marti ou Compay Segundo qui reposent tous deux dans le magnifique cimetière de la ville. Et quand vient le temps du carnaval, en juillet, les comparsas et les tambours résonnent dans Santiago, la caribéenne, qui ce jour-là, danse, très fière, aux pieds des remparts du Castillo del Morro.

Le plus Comptoir des Voyages

Assister en juillet au festival des Caraïbes, dédié à la musique et la danse.

Nous on adore

Arpenter la calle Padre Pico jusqu'au Tivoli, l'ancien quartier français.

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.