Nos petits secrets dans le Centre de la Crète

30/08/2014

LE MONASTÈRE DE PREVELI

Posté sur un promontoire face à la mer, le monastère de Preveli a connu des heures sombres. Unité défensive autant que refuge monacal, il a été un lieu de résistance contre l’invasion turque puis le siège de terribles batailles pendant la Seconde Guerre mondiale. Peu de traces demeurent aujourd’hui de ces épisodes sanglants. Le monastère est enchanteur dans son écrin de verdure et de rochers. Les bâtiments couverts de chaux se répartissent sur les terrasses. L’église (que l’on visite en dehors des heures de messes) conserve des icônes et un trône épiscopal rutilant.

L’HEBERGEMENT DALABELOS

À mi-chemin entre La Canée et Rethymnon, le domaine de Dalabelos domine une vaste plaine couverte de cultures vivrières, de vergers, de vignes et d’oliveraies. La splendeur du site a donné prétexte à une initiative originale d’agritourisme. Hébergement et restauration se répartissent dans un vaste ensemble de bâtiments de pierre parfaitement intégrés au paysage. L’accueil se fait en français, et l’on peut même y apprendre à cuisiner crétois. Un point de départ (ou de chute) idéal.

ZAROS

Le pays de Nikos Kazantzakis, auteur de Zorba le Grec, est un pays de cocagne, avec ce qu’il faut de reliefs, de rochers affleurants, de forêts fournies, de vallées cultivées aux paysages policés. Il règne ici une douceur inchangée depuis les premières occupations minoennes. L’image de cette Crète pastorale est encore plus présente dans la région de Zaros. Le village abreuvé par une eau minérale réputée est le point de départ de nombreuses randonnées vers le mont Vrondissi et son monastère ou vers l’église d’Agio Fanourios. Un atelier de lutherie y fabrique des lyras qui seront présentes dans toutes les réjouissances de l’île.

LE MASSIF DE PSILORITIS

Ce massif se découvre à pied. Rien ne vaut en effet le rythme humain et léger de la marche pour en déceler les trésors cachés. Vous ne manquerez pas de visiter les grottes de Ideon Andron, un lieu sacré du mont Ida. Les récits épiques de la mythologie grecque racontent que c’est ici que Zeus fut élevé par une chèvre prénommée Amalfia. Son père Cronos, ayant écouté l’oracle prédisant un fils parricide, dévorait systématiquement sa progéniture. On comprend aisément que son épouse ait soustrait Zeus du menu de ses repas pour le déposer dans l’une de ces grottes ! Depuis Ideon Andron, un sentier conduit en quatre heures au sommet du mont Ida.

Retour haut