Les villages traditionnels

01/09/2014

L’arrière-pays de Rethymnon est constitué d’un vaste massif montagneux surnommé le « toit de la Crète ». Aussi surprenant que cela paraisse, les sommets y culminent à plus de 1 400 m. Sauvage, peu peuplé, le massif est communément désigné comme ”le mont Ida”. Sur les deux routes qui mènent au cœur de cette montagne préservée, les villages s’égrènent, cernés de forêts, de sommets et de pics. Autant la côte s’ancre dans la modernité, autant sur ces chemins boisés, le temps semble s’être arrêté.

La première route depuis Rethymnon rejoint le village d’Armeni. Son nom lui vient de sa population, arménienne, qui s’y est implantée au xe siècle. On y a découvert en 1969 une vaste nécropole du XIIIe siècle av. J.-C. Plus loin, se dresse l’église de Hromonastiri qui recèle une fresque du xie siècle remarquable.

Passé le bourg de Spili, accueillant et simple, les collines d’amandiers et d’oliviers jouxtent les vergers d’agrumes. Dans les gorges d’Agios Antonios, l’un des sites les plus fascinants de Crète, la promenade est bercée par le seul chant des oiseaux et par le bruit du vent dans les feuillages de chênes et de platanes.

La seconde route longe d’abord la côte vers l’est puis grimpe vers les terres intérieures. Faites halte au monastère Agios Ioannis, pour la vue imprenable sur la côte puis au village de Melidoni, villégiature des Vénitiens du XIVe siècle et qui a fait sa renommée sur son huile d’olive raffinée produite en coopérative. Enfin, il vous faudra découvrir les cinq églises d’Axos de l’époque byzantine.

Le plus Comptoir des Voyages

Découvrir le travail des artisans en visitant les ateliers de poterie.

Nous on adore

Déguster un verre de Raki à l’ombre d’une terrasse.

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.