La côte Nord-Ouest

06/09/2014

Terre des confins plongeant ses rocs dans une mer turquoise, l’extrême ouest de la Crête se distingue par ses paysages sauvages. Les plus beaux lagons se succèdent dans les presqu’îles de Gramvousa, Elafonissi. Depuis La Canée, la route se dirige vers la péninsule de Rodopos où se dresse la forteresse du monastère de Gonias. Son trésor conserve une collection remarquable d’icônes. À proximité, l’église Agio Ioanis rassemble chaque 29 août une foule de pèlerins pour la fête de la Saint Jean.

Grande voie de passage maritime, la côte est habitée dès l’Antiquité. Kissamos compta dans l’histoire parmi les premiers ports gréco-romains puis vénitiens. Aujourd’hui, son ambiance est celle d’une paisible ville de province. Passés les oliviers et les champs cultivés de cette plaine fertile, le paysage se métamorphose. La péninsule de Gramvoussa offre un contraste saisissant avec la richesse des terres intérieures. Pelée, hachée, déchiquetée, cette pointe nord-ouest de la Crète est demeurée sauvage.

Sur l’île d’Imeri Gramvousa, la forteresse vénitienne a conservé longtemps une position stratégique. Nul ne parvint à la prendre aux Vénitiens, pas même les Turcs qui s’imposèrent en Crête en 1645. Elle fut abandonnée mais jamais conquise. Aujourd’hui, les oiseaux migrateurs y font halte. L’île fait face au lagon de Balos, un éden de sable blanc bordant une mer émeraude. On peut y accéder par la mer en croisière ou suivre la route panoramique de la péninsule par Kalyviani.b

Le plus Comptoir des Voyages

S’offrir une excursion en caïque en famille pour jouer aux pirates. 

Nous on adore

Se rendre sur la presqu’île à pied pour arriver avant tout le monde.

Retour haut