Héraklion

02/09/2014

Incontournable de la Grèce, la capitale crétoise est une ville universitaire, prospère et populaire grâce à ses activités économiques, industrielles et artisanales. Bombardée lors de la 2nde Guerre Mondiale, elle ne présente plus que de rares vestiges de son passé, antique ou vénitien. On ne visite pas ici une cité-musée mais une ville en pleine expansion.

C’est ce mélange qui fait son charme. Ainsi la grande place Eleftherios bordée de remparts du xvie siècle et ornée de sculptures futuristes ou encore la place Fokas, le marché de la rue 1866 peuplé du matin au soir. Au gré de ses flâneries, on découvre une maison turque (rue Albert), la forteresse vénitienne de Koules, des églises baroques (Agio Titos)… et de nombreux bars et restaurants qui s’animent le soir venu.

Les musées Héraklion conservent d’importants témoignages de son histoire. Prélevés sur les fouilles des sites archéologiques, les objets, fresques, icônes, traduisent la richesse et le raffinement des civilisations anciennes. Le musée d’archéologie, fraîchement restauré, est considéré comme le 2e plus grand musée de Grèce. Le musée historique et ethnographique consacre ses salles aux périodes byzantine et vénitienne. On peut y voir deux tableaux de Domenikos Theotokopoulos dit Le Greco.

Art propre à la chrétienté orthodoxe, la peinture des icônes se dévoile dans l’église byzantine d’Ekaterina et parmi ses icônes originales provenant de l’école crétoise, certaines seraient signées du maître d’El Greco… 

Le plus Comptoir des Voyages

Partir pour une excursion en bateau jusqu’à Santorin.

Nous on adore

Déjeuner ou dîner à la taverne Ippokampos postée sur le port.

Retour haut