5 conseils pour se fondre dans le décor

08/05/2014

1
RENDEZ-VOUS AU KAFENEION 

Dans la famille café, il y a la boisson, éna en grec, et l’établissement où l’on sert le café, le kafeneion, plur. kafeneia, qui dans les villages perdus peut aussi faire épicerie. En principe, le kafeneion est réservé aux hommes, qui vont y refaire le monde et regarder le football. Les femmes, elles, fréquentent les salons de thé où des pâtisseries bien sucrées les attendent. Elles se baladent plus tard dans la journée, avec les enfants, tout en bavardant entre elles, pratiquant ainsi le pame volta ("allons faire un tour"), hérité de la passegiata des Vénitiens. Le café, en Crète comme dans toute la Grèce, est servi sucré, avec le marc au fond de la tasse. C’est ce nous appelons le café turc, mais sur place, il ne faudra JAMAIS l’appeler ainsi. Vous commanderez un éna elliniko, un café grec, en précisant le degré de sucre que vous désirez (très sucré : glyko, moyennement sucré : métrio, avec du lait : mé ghala (voire sans sucre : skéto).  On vous recommande de goûter en été le éna frappé. C’est un café glacé, très rafraîchissant, sur demande servi avec une boule de glace à la vanille. Dans les kafeneion, les hommes jouent volontiers au tavli, une sorte de backgammon et si vous avez du temps devant vous, messieurs, ils vous initieront avec plaisir !

2
IDENTIFIEZ LES QUATRE SIGNES DE VIRILITÉ

C’est dans l'ordre, la moustache sous le nez, la barbe au menton, le komboloï à la main, l’escopette dans le tiroir de la commode (qu’on sort le dimanche et qu’on décharge sur les panneaux indicateurs des routes pour s’exercer…). Cela dit, certaines traditions se perdent un peu en Crète, on voit moins de moustaches sur les visages des jeunes. Mais toujours le chapelet profane, en bois, métal ou plastique, que les hommes font tourner pour s’occuper les mains et repousser le mauvais œil. En tout cas, ces komboloïs font, pour nous, de très jolis cadeaux à rapporter.

3
RESPECTEZ LA TRADITION

Une tradition qui ne se perd pas, c’est celle de faire le signe de croix en passant devant une église. Attention, dans l’ordre orthodoxe, c’est : front, poitrine, épaule droite, épaule gauche. Il vous faudra aussi vous couvrir les épaules et les jambes pour entrer dans les édifices religieux. Mesdames, glissez un paréo dans votre sac, ça ne prend pas de place, ça ne pèse que quelques grammes et c’est multi-usages : djellaba pour les visites, nappe au pique-nique, protection contre le soleil, contre les moustiques le soir, etc… Et même coussin, enroulé, pour s’asseoir sur une pierre le temps d’une pause en rando. Une vraie manne !

4
PARTAGEZ SON REPAS

En Grèce, ce n’est pas tellement pour s’offrir un plaisir gastronomique qu’on va au restaurant ou à la taverne, c’est surtout pour passer un agréable moment en bonne compagnie, en famille ou entre amis. Comme les plats sont souvent apportés en même temps, on les déguste comme des tapas en Espagne, en les partageant. Les mezzes, venus de Turquie, peuvent constituer un repas, qu’on prend dans un rakadiko et tsikoudiadiko. Les restaurants peuvent s’appeler estiatorio, taverna, pistaria (grill), pitsaria (pizzeria), psarotaverna (taverne de poissons, où l’on sert aussi de la viande !).

5
ADOPTEZ LA "SIGA, SIGA" ATTITUDE

Siga veut dire doucement. En Crète, n’hésitez pas à adopter le rythme local, siga, siga. Vous constaterez avec plaisir que les choses faites en prenant le temps sont moins stressantes, plus savoureuses. De plus, elles marquent plus l’esprit et s’ancrent mieux dans la mémoire. Commencez après le repas par une bonne sieste, en crétois ipnakos ! C’est ce que tous les Méditerranéens vous diront, ou plutôt vous inciteront à faire, car eux-mêmes n’étant pas du tout disponibles entre 13h30 et 17h, surtout en été, il ne vous restera plus qu’à prendre un bouquin et à vous allonger dans le hamac ou la banquette de la terrasse, avant de sombrer sans vergogne dans les bras de Morphée. Avec l’avantage d’être d’attaque jusque tard dans la nuit, pour faire la fête…

Retour haut