Puerto Viejo de Sarapiquí

02/10/2015

Les plaines du nord du Costa Rica bordent le Nicaragua en pleine forêt tropicale. À la confluence des rivières de Puerto Viejo et Sarapiquí, la cité était autrefois le port le plus important du pays, la rivière charriant bananes, café et autres denrées cultivées dans les plaines.

54 % des espèces d’oiseaux vivant ou migrant par le Costa Rica trouvent ici un habitat favorable, réserves et sentiers font la part belle à l’avifaune.

Deux stations biologiques ouvrent le monde sauvage aux néophytes. La Selva est un conservatoire hors norme et un écolodge situé dans une partie de la forêt primaire (400 espèces sylvestres) où les géants de bois comme l’almendro abritent une faune bienheureuse et colorée (500 espèces d’oiseaux notamment). La réserve borde la route des Oiseaux du Costa Rica, un corridor biologique qui permet aux amateurs d’observer les oiseaux sur dix-huit stations réparties entre San Juan et La Selva.

L’ambiance n’est guère différente dans la réserve de Tirimbina. S’y mêlent scientifiques et amateurs de l’écotourisme. Sentiers et visites guidées, excursions nocturnes révèlent les mystères insondables du peuple des forêts.

À proximité, le parc naturel Braulio Carrillo se distingue par ses flancs forestiers abrupts drainés par les rivières et les cascades. Il doit à cette combinaison géologique et climatologique, son exceptionnelle diversité végétale (50 % des espèces végétales du pays) et herpétologique (100 espèces d’amphibiens et de reptiles).

Le plus Comptoir des Voyages

Découvrir la vie à la ferme en famille, dans une charmante finca.

Nous on adore

La réserve biologique de Tirimbina et son tour du cacao.

Retour haut