Le Sichuan

25/09/2016

Le Sichuan s’ancre au nord et à l’ouest sur l’Himalaya, territoire en partie sauvage et caractérisé par ses reliefs ardus. De vallées alpines en collines, de lacs en cascades, de hauts plateaux en cirques glaciaires, la Chine devient Tibet, presque fortuitement par la simple présence du plateau tibétain.

Un dicton rappelle que « Le chemin du Sichuan est plus difficile que de monter au ciel » ! La région est pourtant peuplée depuis fort longtemps, les vestiges remarquables de Sanxingdui révélant l’existence de résidences datant de 1 000 ans av. J.-C. La prospérité vint à la montagne avec la création au IIIe siècle d’un barrage capable de maîtriser les crues du Min Jiang. Le système d’irrigation de Dujiangyan est toujours opérationnel et inscrit au patrimoine de l’Unesco. Autre survivance faisant l’objet d’une vénération nationale : le panda, animal emblématique et rarissime que l’on peut voir dans plusieurs centres d’élevage.

La capitale, Chengdu est connue pour son art de vivre, sa gastronomie ainsi que ses maisons de thé. Elle constitue un excellent point de départ pour les sites proches ou lointains à commencer par l’Emei Shan, l’une des quatre montagnes sacrées du bouddhisme chinois tandis qu’au pied des falaises de Leshan trône un immense Bouddha taillé il y a 1 200 ans. La spiritualité imprègne ces montagnes, parsemées de temples ou de paysages surnaturels. Dans le parc de Jiuzhaigou (entre 2 140 et 3 060 m d’altitude ; visite préférable entre septembre et novembre) une centaine de lacs aux eaux pures, la chute Nuorilang et la chute Shuzheng jalonnent les sentiers parfois éprouvants, nappés de brume, enveloppés d’une abondante végétation. Le parc d’Huanglong domine une vallée sculptée au pied des montagnes du Min Shan. 693 piscines dont les eaux virent du turquoise au blanc laiteux, fruits du hasard des concrétions de calcite, noient l’immense plateau sommital. 

Le plus Comptoir des Voyages

Voir le grand Bouddha de Leshan (71 m de haut) dans toute sa splendeur depuis un bateau sur le fleuve Min Jiang.

Nous on adore

Les grands pandas, leur irrésistible frimousse noir et blanc et leur appétit insatiable.

Retour haut