Valparaiso

12/01/2018

« Si nous parcourons tous les escaliers de Valparaiso, nous aurons fait le tour du monde… », écrivait Pablo Neruda à propos de cette cité désordonnée au charme inattendu. À 120 km au nord-ouest de Santiago, la deuxième ville du Chili prend ses aises au creux d’une baie large et animée. Dans le port, les embarcations collées serrées tanguent au rythme des vagues ou zigzaguent entre des phoques nonchalants. Enfilez votre gilet de sauvetage à la flatteuse couleur orange et sautez dans un bac : c’est de l’eau qu’on admire le mieux la configuration si particulière de la chaotique Valpo ! D’un côté, des containers colorés s’empilent comme des Legos ; de l’autre, des plages déroulent leur ruban de sable. Au milieu, la ville s’adosse aux collines, se moulant en forme d’amphithéâtre ouvert sur la mer. Ici, pas de plan en damier ou de place principale, mais d’innombrables escaliers et 15 funiculaires. Pas étonnant qu’on surnomme la ville la ciudad de los ascensores !

Dans sa partie basse, surnommée El Plano, vous flânerez dans des rues commerçantes bouillonnantes d’activités. Mais c’est le souffle court, perdu dans ses pentes et ses dénivelés, que se savoure la cité labyrinthe ! Des habitations colorées suspendues à flanc de colline, véritable pétarade visuelle, s’élève une joyeuse bohème. Ici cohabitent danseurs, acteurs, chanteurs, peintres, musiciens, cinéastes, photographes, philosophes… mais aussi 1001 personnages fantastiques échappés d’histoires rocambolesques et grimaçant de façade en façade. Valparaiso est un musée à ciel ouvert, à tel point qu’on pourrait bien voir la ville comme une gigantesque fresque collective.

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.