L’île de Chiloé

08/01/2018

Dans la Patagonie des lacs, à plus de 1000 km de Santiago, le littoral chilien s’effrite en un archipel d’une quarantaine d’îles. La plus grande, Chiloé, donne aussi son nom à ce chapelet de roches et de verdure. Séparée du continent par le canal de Chacao, elle déploie son échine montagneuse sur 180 km du nord au sud. Cette cordillère modeste (1000 m d’altitude) fait barrage aux vents humides venus du Pacifique. Pour s’abriter (tant que possible) des intempéries, la population s’est réfugiée sur le flanc est. Il faut bien le dire : antithèse de la belle du nord, Arica l’ensoleillée, Chiloé la pluvieuse ne connaît pas de saison sèche…

Pour autant, elle ne manque pas de personnalité. Haut lieu de l’artisanat chilien, on y trouve les produits d’une longue tradition de tissage (autrefois de laine de lama, aujourd’hui de mouton) et de vannerie avec des végétaux locaux. Mais l’île frappe aussi par la particularité de son architecture, toute de bois en raison de son isolement et du manque d’autres matériaux. Se dressent ainsi de charmantes maisons aux façades couvertes de tuiles en bois finement ouvragées et une soixantaine d’églises classées au Patrimoine mondial de l’humanité. En bois également, les adorables maisons sur pilotis le long du rivage à Castro, peintes de toutes les couleurs.

Dotée d’une nature exceptionnelle, Chiloé s’enorgueillit d’un parc national de plus de 43 000 ha de plages, de lagunes, de dunes et de forêts peuplées de loutres, lions de mer, perroquets, cormorans gris, manchots de Humboldt, goélands dominicains, renards de Darwin, et autres pudus (le plus petit cerf du monde) !

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.