À goûter, siroter…

25/12/2017

à boire…

Softs : L’eau du robinet est potable dans l’ensemble du pays, mais on trouve aussi facilement de l’eau minérale en bouteille — à privilégier à San Pedro de Atacama en raison de l’arsenic présent dans les nappes phréatiques ! Côté bulles, le Coca Cola reste un classique. Pour une spécialité locale, vous avez le Pap, tout aussi sucré, mais goût papaye. En parlant de papayes, il y a l’embarras du choix pour ce qui est des jus de fruits frais. Un délice ! À goûter également : le leche con platano (milk-shake à la banane) et le mote con huesillo (des grains de blé germés trempés dans une décoction de pêches séchées).

Boissons chaudes : Les Chiliens consomment plus de thé que de café (généralement soluble), mais on trouve aussi d’excellentes infusions. Dans le sud du pays, on boit le mate, bien qu’il soit moins répandu qu’en Argentine.

Boissons alcoolisées : Que vous soyez plutôt blonde ou brune, n’hésitez pas à demander conseil sur les bières locales, on en trouve de fort bonnes un peu partout dans le pays (Escudo, Kunstmann, Guayacan…). Le pisco, une eau-de-vie de raisin blanc, est la boisson nationale ! On le boit pur ou en cocktail (pisco sour). Également très populaire, la chicha est un jus de fruits fermenté et alcoolisé. Pour ce qui est des vins chiliens, il existe plusieurs grandes régions viticoles : la vallée de l’Elqui, celles de Limari, de l’Aconcagua, de Maipo (la plus réputée), de Rappel, de Curico, ou encore la vallée de Maule. Vous ne manquerez pas de quoi trinquer !

à manger…

Au Chili, le déjeuner est le repas le plus important de la journée. Dans les restaurants, on sert un menu comportant une entrée, un plat et parfois même un dessert pour un très bon rapport qualité-prix. Le goûter (tomar once) est quant à lui une institution comme l’est le tea time pour les Anglais.

Pour ce qui est de la cuisine chilienne à proprement parler, elle est plus réputée pour la fraîcheur et la qualité de ses produits reflétant la diversité géographique du pays que pour son raffinement. Peu relevée — les épices sont généralement servies à part —, elle ne lésine en revanche pas sur le sel et le sucre !

Les plats : au menu des mets traditionnels, on compte la cazuela (bouillon de bœuf ou de poulet servi avec des pommes de terre, du maïs et des légumes), les porotos granados (soupe de haricots) ou encore le lomo a lo pobre (deux œufs au plat servis sur une tranche de bœuf). Le pastel de choclo, spécialité de Pomaire, est une sorte de hachis parmentier que l’on déguste en été. Pour ce qui est de la gastronomie amérindienne, goûtez donc les humitas (pâte de maïs cuite dans une feuille de maïs). Pour un déjeuner sur le pouce, vous croquerez les traditionnelles empanadas (chaussons farcis salés… ou sucrés !) ou engouffrerez un completo juteux (sorte de hot-dog bien garni). De manière générale, difficile de faire l’impasse sur l’asado (barbecue) : la viande, au moins dans la région des Lacs, n’a rien à envier à sa voisine argentine. De même, les fruits de mer et poissons servis en ceviche, d’une grande fraîcheur, raviront les amateurs.

Les desserts : pour une touche sucrée, on opte pour le manjar, la confiture de lait locale ou pour des fruits savoureux (papayes, figues…). Quant aux kuchen, ils témoignent de l’immigration allemande au Chili.

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.