Ribeira Brava (São Nicolau)

31/12/2013

La ville est à l’image de l’île de Saõ Nicolau dont elle est la capitale : un instantané d’authenticité capverdienne. Moins fréquentée que la plupart des autres îles de l’archipel, São Nicolau a gardé un visage préservé et un charme hors du temps. Ribeira Brava, Stancha de son petit nom local, n’est pas un port, contrairement aux autres capitales insulaires. Elle se situe au contraire dans les terres, avec les montagnes pour panorama. Cette situation s’explique par les attaques répétées des pirates au XVIe siècle qui ont contraint les habitants à s’éloigner du bord de mer.

Avec son atmosphère rurale, la place principale do Terreiro concentre toute l’activité sociale de la ville. De là partent de petites rues aux façades colorées où sont ancrés les échoppes en bois des commerces dans un écrin d’anciennes maisons bien conservées. L’atmosphère y est légère, l’accueil chaleureux et spontané. Une balade y prend des airs de voyage dans le temps. Beaucoup de maisons ont gardé leur petit coin de jardin, où se tient traditionnellement le portager familial. La ville est un point de départ idéal pour rayonner dans l’île y compris à pied. Un dépaysement en toute facilité idéal pour des balades en famille.

Bien que montagneuse, São Nicolau offre des chemins beaucoup plus accessibles que Santo Antão, Santiago ou Fogo. On peut ainsi se rendre durant la journée dans la vallée de Fajã pour y admirer les dragonniers, des arbres rares et surprenants. Les Français y sont particulièrement les bienvenus depuis que des ingénieurs hexagonaux y ont réalisé, dans les années 80, une galerie artificielle permettant l’irrigation et développant ainsi une grande surface agricole. Autre incontournable : une escapade sur les 1 312 mètres d’altitude du Monte Gorde.

Le plus Comptoir des Voyages

Une sélection de petites pensions intimistes pour un séjour au plus près de la vie locale.

Nous on adore

Le parfait équilibre entre paysages, rencontres et plages paradisiaques qu’offre la région.

Retour haut