Phnom Penh

01/09/2014

Bien que brièvement capitale du Cambodge au xvie siècle, Phnom Penh reste jusqu’au protectorat un modeste carrefour commercial, Angkor s’accaparant les pouvoirs politiques. Seule construction d’importance, le temple élevé au xive siècle par Mme Penh qui donna son nom à la ville et sa fortune à l’édification du Wat Phnom.

Tout change en 1866 avec l’installation dans la cité de la cour de Norodom Sihanouk. Les architectes français soucieux d’embellir la nouvelle conquête de la France coloniale bâtissent un palais royal dans le style indochinois et une ville nouvelle, aérée, tournée vers le Mékong. "La perle de l’Asie du Sud-Est" est brutalement vidée de ses habitants par les Khmers rouges en 1975.

Au terme de 30 ans de conflit, elle renaît de ses cendres dans les années 1990. Elle exerce aujourd’hui un charme certain sur les voyageurs. Le palais royal constitue la pièce maîtresse de son patrimoine monumental avec ses pavillons, sa salle du Trône et sa résidence royale.

La pagode d’Argent, martyrisée par Pol Pot, a conservé entre autres statues, un Bouddha d’émeraude. L’excellence de cet art de la statuaire et de l’orfèvrerie se découvre au magnifique musée des Beaux-Arts qui jouxte le palais. Pour sentir le pouls de la ville, il faut se rendre à la nuit tombée sur le quai Sisowath, bordé d’édifices coloniaux ou au marché central (psaar Thmay) de style Art déco.

Sous sa superbe coupole, les 2 000 éventaires rassemblent produits locaux et importés. Parfois entourées d’un agréable parc (wat Phnom dont le bâtiment actuel date de 1927, wat Svay Popeh), les 80 pagodes constituent des havres de paix au sein d’une ville trépidante.

Phnom Penh conserve par souci de mémoire deux sites symboles de la barbarie des Khmers rouges : le musée du Génocide Tuol Sleng ouvert sur les lieux mêmes où s’exercèrent les plus noires violences à l’égard de la population civile et le camp d’extermination de Choeung Ek (12 km au sud-ouest de Phnom Penh). 

Le plus Comptoir des Voyages

Une nuit au cœur du Pavillon Hôtel, une villa coloniale tenue par un couple de Français amoureux du Cambodge.  

Nous on adore

Marchander le prix des souvenirs, bibelots, sculptures, soieries, bijoux, or et autres étoffes sur le marché russe (Psaar Tuol Tom Pong) de la capitale. 

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.