Battambang

27/08/2014

Tête de pont entre la Thaïlande et le Cambodge, Battambang est la 2e ville du pays bien que sa population n’atteigne que 250 000 habitants. Sa fondation remonterait au xie s. mais seule l’atteste la mention dans les textes officiels de l’existence de territoires appelés Amogha Boreak au nord ouest du lac Tonlé Sap.

La ville ne recèle donc guère de ses merveilles architecturales dont le Cambodge est coutumier. L’aspect débonnaire de son architecture coloniale est contrebalancé par l’intense activité commerciale qui y règne. Son vaste marché est reconnaissable à ses façades jaunes. Le musée préserve de beaux fragments de style Bayon et d’Angkor Wat. Sur les bas-reliefs de sa pagode Damreï Sâ, figurent des scènes intéressantes du Râmâyana.

La campagne environnante, en revanche, est séduisante. Rivières, bocages, potagers et bosquets d’arbres dessinent un paysage de rêve. Les cultures de riz, de légumes et de fruits, dont les très réputées oranges et noix de coco, alimentent tout le pays. La profusion des temples témoigne d’une occupation khmère très ancienne.

L’un d’entre eux, Wat Ek, du xie siècle, posté sur un tertre dominant les champs, n’a conservé de sa splendeur passée qu’une enceinte effondrée, des colonnettes sculptées et une bibliothèque ornée de fins bas-reliefs. De Wat Banan, la vue sur la campagne est idyllique aussi. Phnom Sampeu, qui fut autrefois un lieu de recueillement, rassemble encore de nombreux fidèles. L’histoire récente l’a doté d’une toute autre fonction. Repère des Khmers rouges, le tertre de Phnom Sampeu fut un lieu de tortures et d’exécutions. 

Le plus Comptoir des Voyages

Découvrir le mode de vie cambodgien grâce à une promenade en char à bœufs.

Nous on adore

Prendre le Bamboo Train, au moins une fois, et se prendre pour Indiana Jones ! 

Retour haut