Banteay Srei

30/08/2014

Le Sud-Est asiatique est un creuset artistique où se mêlent les cultures indiennes et chinoises. Marchands et brahmanes furent les artisans de cette fusion. In fine, le pays s’est rallié au bouddhisme theravada mais a été profondément baigné de culture hindoue.

Le temple de Banteay Srei témoigne de cette inspiration et de l’extrême finesse de son interprétation. Il fut baptisé la « citadelle des femmes » par ses découvreurs en raison des fresques couvertes d’élégantes figures féminines. Élevé au xe s. en grès rose et latérite, le temple comprend de petits pavillons, deux bibliothèques (bannalai), bâtiments situés sur les enceintes extérieures, pourvues d’une fausse élévation.

Le sanctuaire comme les monuments annexes sont recouverts de décorations florales et de bas-reliefs retraçant les aventures de Shiva ou d’Indra.  En 1929, « le plus joli des temples khmers » pour l’École française d’architecture, fut le premier à bénéficier d’une reconstruction à l’identique (anastylose) en raison de sa qualité artistique.

L’opération réussit parfaitement faisant de Banteay Srei « la perle d’Angkor ». Le site a défrayé la chronique en 1923, quand André Malraux et sa femme tentèrent d’en rapporter des fragments pour leur compte. Seule la mobilisation des intellectuels français avait alors épargné la prison au futur ministre de la Culture. 

Le plus Comptoir des Voyages

Se rendre sur l’œuvre maitresse de l’art khmer en horaire décalé, pour photographier la citadelle sans la horde de touristes. 

Nous on adore

Faire une pause pique-nique à l’ombre d’un arbre autour du petit lac à proximité du temple. 

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.