Géographie et environnement

17/06/2014

géographie

Le Brésil couvre presque la moitié de l'Amérique du Sud. Il a des frontières communes avec tous les autres pays du continent, à l'exception du Chili et de l'Équateur. Avec ses 8,5 millions de km², il occupe le 5e rang mondial pour la taille. Bordé par l'océan Atlantique à l'ouest, le Brésil est relativement plat et les zones montagneuses, comme la Serra do Espinhaço ou la Serra do Mar, dépassent rarement les 2000 mètres d'altitude. Près de 60% de sa superficie est formé par un plateau, le reste étant une plaine. La plus vaste est formée par le bassin de l’Amazone, qui couvre tout le nord du pays sur  4 millions de km² ! À l'extrême nord de cette région, à la frontière avec le Venezuela et la Guyane, s'élève le massif des Guyanes, où se trouve le Pico da Neblina, point culminant du Brésil.  L´autre grande plaine, le Pantanal, se situe dans le centre-ouest, à la lisière de la Bolivie et du Paraguay. Dix fois plus petite que la plaine amazonienne, elle est essentiellement marécageuse, ce qui en fait un lieu exceptionnel pour l'observation animalière. L’une des grandes caractéristiques du Brésil est son système fluvial, l’un des plus étendus de la planète. La plupart des rivières coulent vers le nord pour se jeter dans le Rio Amazonas qui détient le record du plus gros débit : il déverse dans l´Atlantique 80 000 m3 d'eau par seconde !

flore

Le Brésil compte 5 écosystèmes principaux : l’Amazonie, la  forêt atlantique, le caatinga (terres semi-arides), le cerrado (savane) et la zone inondée du Pantanal. L’Amazonie abriterait près de 45 000 espèces de plantes, dont un grand nombre d’endémiques (10% des réserves de la planète). La Mata atlántica recèle elle aussi des espèces d’arbres qui n’existent nulle part ailleurs comme ceux dont on tire le bois de Pernambouc et le bois de ber. Dans le Nordeste, extrêmement sec, s'est développée la caatinga composée de cactées et de broussailles épineuses. Le plateau brésilien central est largement recouvert de cerrado. Cette savane arborée combine des arbustes capables de résister à la sécheresse mais aussi des forêts plus denses. Zone marécageuse non côtière la plus vaste du monde, la plaine du Pantanal mêle savane, forêt, prairie et zones de caatinga ! Enfin, le climat plus tempéré des plaines côtières de l´Extrême-Sud permet l´existence de prairies qui évoquent déjà la pampa argentine.

faune

Destination exceptionnelle pour observer les animaux, le Brésil possède probablement la faune la plus riche et la plus variée du monde. La vie animale est partout, aussi bien dans la forêt amazonienne (qui abrite à elle seule 20% de toutes les espèces animales connues de la planète), dans les plaines inondées du Pantanal, dans les mangroves et les lagunes du littoral, dans les savanes et les pampas de l’intérieur….Qu'il s'agisse des mammifères, des oiseaux, des reptiles, des amphibiens, des poissons ou des insectes, le nombre d'espèces est toujours remarquable. Font partie des stars du pays, les jaguar, dauphin rose d’eau douce, capybara, paresseux, singe hurleur, tuiuiu au long bec, ara rouge sans oublier le spectaculaire anaconda et l’effrayant piranha…

environnement

Le respect de l’environnement est en passe de devenir l’un des enjeux majeurs du Brésil. La forêt amazonienne a réduit sa surface de près de 20% depuis 1970 pour la seule partie brésilienne. Les raisons sont diverses. Si l’exploitation forestière y joue un rôle crucial, les incendies sont également très fréquents dans cette zone, notamment au Sud. Les régions du sud et du sud-est du Brésil perdent de leur humidité, elles sont donc plus vulnérables au feu. Les zones sèches le deviennent de plus en plus. Le gouvernement a engagé une série de mesures pour enrayer la déforestation sauvage avec l’objectif de réduire le phénomène de 70% à l’horizon 2018. Mais l’agriculture a une grande part de responsabilité dans les problèmes environnementaux du Brésil, notamment la culture intensive du soja qui grignote toujours un peu plus de forêt. Dans ce contexte, un vaste système de protection de la faune et de la flore a été mis en place. Officiellement près de 15% du territoire national bénéficie du statut de zone protégée. Plus de 20 nouveaux parcs nationaux ont été créé depuis 25 ans. Mais leur niveau de protection est inégal. Les expériences les plus abouties sont les “réserves pour le développement durable“. Elles impliquent les populations traditionnelles, dont l'existence est intiment liée à la préservation de l’environnement avec lequel elles vivent en symbiose. Dans ces réserves, l'écotourisme n'est pas seulement une mode éphémère : c'est aussi une question de survie.

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.