À bouquiner, regarder

22/06/2014

Pages brésiliennes

Bahia de tous les saints de Jorge Amado (1938). Le picaresque Antonio Balduino incarne la peine et les rêves du peuple noir.

Mon bel Oranger de José Mauro de Vasconcelos (1968). Récit autobiographique à lire à partir de 11 ans. Pour oublier la misère, Zézé se réfugie dans un monde imaginaire.

Belém d’Edyr Augusto (1998). Pour les amateurs de polar! Le coiffeur Johnny Lee est retrouvé mort et tout indique qu’il a succombé à une overdose…

Cachalot de Daniel Galera et Rafael Coutinho (2012). Ce roman graphique donne à voir un Brésil contemporain et urbain miné par la violence.

Rregards sur le Brésil

La Cité de dieu de Fernando Meirelles (2002). Un vrai coup de poing sur la réalité de la violence des favelas. Grand succès international.

L’Année où mes parents sont partis en vacances de Cao Hamburger (2006). Brésil, 1970, la Coupe du Monde de football bat son plein et la dictature se durcit.

Troupe d’élite de José Padilha (2007). Le film décrit de l’intérieur la complexité inhérente à deux mondes apparemment opposés : celui de la police et celui des favelas.

Le Clown de Selton Mello (2011). Benjamin et Waldemar forment un fabuleux duo de clown, Pangaré et Puro Sangue.

Le plus Comptoir des Voyages

 

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.