Nos petits secrets au Botswana

09/01/2015

L’INCURSION AUX CHUTES VICTORIA

Dévalant une pente de 100 mètres de hauteur, les eaux du fleuve Zambèze se précipitent dans une faille étroite. Spectaculaire disproportion géologique entre le fleuve d’avant les chutes, large de 2km et l’étroit canyon qui les suit… Le fracas des cascades peut s’entendre des kilomètres à la ronde. Le fleuve dévide en saison des pluies plus de 9 000 m3 par seconde. Le nuage d’eau peut alors atteindre 400 mètres de haut. Moins dantesques en saison sèche (en étiage entre octobre et novembre), les chutes n’en demeurent pas moins d’une grande beauté. On les visite de préférence depuis le Zimbabwe ou l’île de Livingstone, du nom de l’explorateur qui les découvrit.

LE PARC NATIONAL DE NXAI

Les "pans" salés constituent une autre curiosité du Kalahari. Traces probantes de l’existence de l’immense lac qui recouvrait le désert il y a des millions d’années, ces dépressions au sol argileux et salé comptent parmi les espaces les plus arides de la planète. Mais en lisière des cuvettes, se développe une vie végétale singulière : les baobabs de Baines, les cactus Hoodia, des plaines herbeuses peuplées d’herbivores résistant aux sécheresses comme les antilopes, les girafes, les oryx et la cohorte des prédateurs. Les rivages de la rivière Boteti, le site le plus intéressant pour les amateurs de faune sauvage, les rassemblent brièvement à l’aube et à la tombée de la nuit.

LINYANTI

La rivière Linyanti, prolongement de la rivière Chobe, abreuve le nord du Botswana. Ses abords marécageux proches des paysages du pandhandle abritent buffles, éléphants, zèbres et hippopotames ainsi que les graciles antilopes d’eau. Le très rare Narina Trogon, vert et rouge, y a élu domicile, et on peut dire qu’il est le roi d’une avifaune exceptionnelle. Cette région du parc national de Chobe, restée secrète et par ailleurs moins aménagée, permet une rencontre plus intime avec la nature sauvage.

MAKGADIKGADI

Les "pans" les plus impressionnants du lac asséché du Kalahari se situent dans le parc national de Xnai et plus précisément dans la section de Makgadikgadi. Les immensités brillantes et craquelées de la cuvette salée de Ntwetwe et Sowa sont heureusement bordées de plaines fertiles où dès les premières pluies surgissent des algues, de minces et discrets arbustes, des herbes de savane, composant ainsi d’essentiels réservoirs pour les mammifères. Lekhubu Island et le sanctuaire aux oiseaux de Nata sont d’autres sites incontournables et vénérés par les autochtones Sans.

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.