Géographie et environnement

23/12/2014

GÉOGRAPHIE

Vaste plateau au relief monotone, le Botswana est enclavé au cœur de l’Afrique australe. Borné au sud par les zones arides de l’Afrique, le pays est pour 85 % de sa superficie un désert. Ce qui ne signifie pas pour autant que ses terres soient totalement stériles. Les caprices de la géologie ont donné naissance à un delta intérieur, dont les ramifications s’étendent d’est en ouest et frôlent parfois la zone de semi-désert du Kalahari. Le visiteur pourra ainsi, en saison des pluies être surpris par l’abondance des eaux dans les Pandhandle, le Linyanti, la réserve de Morémi. Les seuls espaces infertiles sont les immenses pans salés du Makgadikgadi, à l’est du pays.

FAUNE

Engagé depuis son indépendance dans une politique volontariste de préservation des richesses naturelles, le Botswana constitue l’un des derniers paradis des " big five" (buffle, lion, éléphant, rhinocéros, léopard). 170 espèces de mammifères se répartissent les plaines herbeuses, savanes et couverts de forêts, parmi lesquelles 22 espèces d’antilopes. Les oiseaux, très nombreux dans le delta de l’Okavango, migrateurs ou sédentaires, forment un bataillon impressionnant de 550 espèces.

FLORE

Si la savane arbustive couvre l’essentiel des terres du Botswana, elle n’en est pas pour autant monotone aux yeux de l’herboriste. Des algues apparaissant brièvement dans les pans salés aux gigantesques baobabs, des essences précieuses des forêts tropicales du nord-est (dont l’ébénier) aux barrières bienfaitrices de mopane dans le parc national de Chobe… un millier d’espèces végétales survivent dans cet environnement hostile. Le delta de l'Okavongo récolte l’essentiel des richesses végétales (1 000 espèces recensées), avec deux plantes emblématiques de cette région, le papyrus et le palmier phoenix reclinata.

ENVIRONNEMENT

Six réserves nationales, trois parcs nationaux, une pléthore de réserves et concessions privées, des aires-tampons communautaires préservent une partie des merveilles naturelles du Botswana. Le pays du reste mène une politique volontariste en matière d’environnement, intégrant dans le cursus scolaire des apprentissages spécifiques, par exemple. Les zones protégées n’accueillent qu’un nombre limité de visiteurs pour un tourisme durable. Ce qui implique de fait qu’il est réservé aux hauts revenus. En zone périphérique et malgré la participation des populations conscientes des dangers, le surpâturage menace la vie sauvage. La gestion de l’eau constitue un véritable défi pour le pays.

L’irrégularité des précipitations, l’élargissement des étendues désertiques, les prélèvements en amont du delta du fleuve Okavango augmentent les risques en privant le pays de ressources en eau (concentrées pour 95 % dans le delta). La demande ne cesse d’augmenter, les nappes phréatiques de s’appauvrir. 

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.