Sucre et Potosi

10/05/2017

Bienvenue à Sucre, la romantique cité blanche ! Fondée en 1559, la capitale constitutionnelle du pays est l’exact opposé de sa rivale, La Paz, siège du gouvernement et capitale administrative, encore pétrie de traditions. Sucre, elle, se veut résolument moderne. Les chapeaux melon des cholitas s’y font rares, les femmes délaissant les habits traditionnels pour des tenues à l’européenne.

Se promener dans les charmantes ruelles de la ville où s’égrainent de blancs édifices baroques des XVIIIe et XIXe est un délice. On prend un bain de foule sur la Plaza de Mayo, square verdoyant au cœur du centre historique, avant de visiter la Casa de la Libertad où est exposée la déclaration d’indépendance du pays. On flâne du côté du couvent et de l’église de la Recoleta, sur les hauteurs de la ville, où des grappes d’enfants jouent et les femmes tricotent. Si la durée de votre séjour le permet, n’hésitez pas à sortir de Sucre pour aller admirer d’impressionnantes empreintes de dinosaures au parc de Cal Orck’o ou arpenter le marché artisanal de Tarabuco, parmi les plus typiques du sous-continent.

À trois heures de route de la capitale se trouve Potosi, un autre trésor d’architecture baroque. La ville (la plus haute du monde) est construite au pied du Cerro Rico (la « Montagne riche ») d’où fut extrait du minerai d’argent pendant des siècles grâce au travail forcé des Indiens. La mine est d’ailleurs la principale attraction « touristique » des lieux, mais ce n’est pas une promenade de santé. En plus de se confronter aux difficiles conditions de travail des mineurs, on affronte ici des galeries étroites dans lesquelles il faut parfois ramper, une température étouffante et un air difficilement respirable. Claustrophobes : passez votre chemin !

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.