Le Sud Lipez

08/05/2017

Direction les volcans, les plaines rocailleuses, le silence et la solitude au cœur des Andes. Dans le désert Siloli, aux dégradés ocre et rouges, on vient notamment admirer l’Arbol de piedra (l’Arbre de pierre), une roche volcanique sculptée par l’érosion éolienne. Certains y voient une ressemblance avec les œuvres surréalistes de Salvador Dali, qui vaut au désert Siloli d’être surnommé la vallée de Dali. L’endroit, avec ses terres désertiques, caillouteuses et rougeoyantes, n’est parfois pas sans rappeler Mars. Mais si on vraiment l’impression d’atterrir sur une autre planète, c’est bien au Sol de Mañana où geysers, fumerolles et mares de boue composent un spectacle magnétique et irréel, apocalyptique.

Tout aussi fantasmagorique, la Laguna Colorada, tantôt rouge-orangé, tantôt couleur de sang, rivalise dans l’extraordinaire avec la Laguna Verde. La brillante couleur émeraude de cette dernière donnerait presque l’illusion d’un lagon égaré à 4 500 m d’altitude ! Mais n’espérez pas y faire trempette : ses eaux sont ainsi teintées en raison d’une importante concentration de carbonates de plomb, de soufre, d’arsenic et de calcium… Cela n’enlève pourtant rien au panorama grandiose que complète le volcan Licancabur en arrière-plan. Les sportifs pourront tenter son ascension et profiter d’une vue incomparable sur la Laguna Verde et sa voisine la Laguna Blanca.

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.