Le Rocher d'Or

24/06/2014

La pagode Shwedagon de Yangon, le mont Popa dans la région de Bagan et Kyaik-hti-yo (Rocher d’Or) dans l’État môn sont trois des “sept merveilles du monde birman”. Perché sur un promontoire de  1 102 m dominant une plaine fertile et des montagnes couvertes de blocs erratiques, le Rocher d’Or semble en équilibre instable. Les lois de la nature voudraient qu’il bascule dans le vide sans plus de cérémonie.

Mais défiant toute logique, le rocher reste en place, maintenu dans cette position, dit la légende, par un cheveu de Bouddha. Pour les Birmans, la présence du rocher sur cette éminence ne relève pas d’un quelconque phénomène géologique et l’on se réfère une fois de plus aux légendes pour l’expliquer.

L’une d’entre elles raconte que détenue par un ermite, la relique capillaire aurait été confiée au roi Tissa (xie siècle) sous la condition expresse qu’il la dépose sur un rocher ayant la forme du crâne du Sage. Le bloc extrait du fond des mers aurait été transporté jusqu’au sommet de la falaise et le cheveu conservé dans le pagodon élevé sur son sommet. Recouvert de feuilles d’or par les fidèles, il constitue l’une des étapes obligées de tout parcours initiatique.

Le parcours par ailleurs débute sur le sentier abrupt (11 km) qui mène jusqu’au lieu sacré. La plupart des visiteurs, pieux ou non, optent le plus souvent pour une élévation mécanique, des bus effectuant plusieurs fois par jour l’ascension. Autels et oratoires embellissent l’esplanade sacrée. Les pèlerins s’y bousculent dans une atmosphère bon enfant, priant et offrant des clochettes au tintinnabulement clair, porteur de paix. 

Le plus Comptoir des Voyages

Se rendre au Rocher d’Or en camion ouvert en empruntant une route sinueuse puis finir à pied ou… en chaise à porteurs.

Nous on adore

Assister à la fête du Rocher d’Or tous les ans en janvier.

Retour haut