Le pont U Bein

01/07/2014

Ressource vitale pour la Birmanie, l’Irrawaddy (anc. Ayeyarwada) abreuve ses terres du Nord au Sud depuis les contreforts de l’Himalaya, pour mourir dans l’immense delta de la mer d’Andaman. Ce fleuve puissant et capricieux participe de l’histoire du pays, les premiers habitants profitant de la fertilité de ses rives et de son delta. Les cités royales, dont Bagan et Mandalay, ancrent leur destin à ses eaux sur lesquels circulent les armées et les pierres précieuses, les hommes et les matières premières.

Trait d’union entre les ethnies, il contribue à la prospérité et à la perpétuation des royaumes et son delta assure aujourd’hui encore l’approvisionnement en riz de tout le pays.  Le fleuve est toujours un cordon vital, peuplé par les bateliers juchés sur d’immenses radeaux en grumes de bambous. Les villes côtières sont autant de ports commerciaux. Foires, pèlerinages, fêtes religieuses marquent son calendrier.

Son bassin tout entier contenu dans l’Union de Birmanie (une exception dans l’histoire des fleuves du monde) traverse de nombreux biotopes, où des espèces rares (le dauphin ou le requin de l’Irrawaddy) survivent encore. Sur la presque totalité de son cours, les pêcheurs se fournissent en poissons frais et crevettes, traitées dans des pêcheries et redistribuées dans tout le pays.

Les paysans des plaines sèches du centre y puisent les ressources en eau et développent grâce aux systèmes d’irrigation les cultures de coton ou de maïs. Il est l’allié des cultivateurs de riz. Sur les îles limoneuses poussent le délicieux paddy mais aussi les cultures maraîchères, le jute, les légumineuses. Traverser le fleuve représenta longtemps un défi.

Au xxe siècle, enfin, l’essentiel des rives urbanisées put être relié, le premier pont datant de 1934. Le teck disponible sur les rives servit alors de matériaux de construction comme c’est le cas sur le pont U Bein, le plus long pont de teck du monde.

Le plus Comptoir des Voyages

Se rendre sur le pont en compagnie de son guide, à l’heure du coucher du soleil, et contempler cette image d’Epinal en sirotant de l’eau coco !

Nous on adore

Observer les moines et les birmans traverser  le plus célèbre pont du pays.

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.