La pagode Shwedagon

26/06/2014

Maintes fois détruite et reconstruite la pagode Shwedagon doit sa plate-forme et son stûpa central à Shin Sawbu, la seule reine connue du royaume birman, qui a régné au xve siècle

Si l’œuvre de Kipling a popularisé en Europe ce lieu saint, la pagode de Shwedagon occupe depuis 2 500 ans une place privilégiée dans le cœur des Birmans. Symbole d’une ferveur partagée, le monument est considéré comme l’un des joyaux de l’Asie à l’instar d’Angkor.

Il est bien difficile encore aujourd’hui de connaître l’origine de sa création, mais elle se situerait probablement au vie siècle. Plusieurs fois détruite et reconstruite, la pagode Shwedagon doit sa vaste plate-forme et le stûpa central à la seule reine connue du royaume birman, Shin Sawbu (xve siècle). Une reconstruction partielle en 1728 lui aurait donné sa forme actuelle.

Le stûpa, qui dans l’architecture bouddhiste fait office de mausolée, conserverait les reliques des quatre bouddhas et huit cheveux du Bouddha Gautama. Reliques qui alimentent un répertoire fourni de légendes et d’anecdotes historiques et légitiment sa décoration extravagante.

Couvert de 8 688 plaques d’or massif, il est coiffé d’un hti élevé en 1871 par le roi Mindon, sorte de parasol orné de pierres précieuses, et d’une émeraude. La pierre de dimension inhabituelle capte les rayons du soleil au couchant.

Tout autour, autels, stûpas de moindre importance, pagodes et temples dédiés aux éléments naturels, aux rois, aux empreintes de Bouddha, rappellent quelques événements historiques comme la révolte des étudiants de 1920 puis celle sévèrement réprimée des moines en 2007. Certains autels sont plus populaires que d’autres à l’image de l’Aung Myea, lieu de prière où l’on vient pour que ses vœux soient exaucés. Les fidèles remercient les nats (esprits) par toutes sortes d’offrandes.

Outre sa somptuosité, le lieu attire une foule fiévreuse mais calme qui sans cesse tourne autour du grand stûpa, prie en silence ou récite des mantras. Certains jours comme celui où les jeunes novices célèbrent leur entrée au monastère, la pagode est le réceptacle d’une joie intense et palpable. Respectez les usages : portez des vêtements couvrant les jambes et les épaules et déchaussez-vous à l’entrée.

Le plus Comptoir des Voyages

Découvrir la pagode de nuit, une toute autre ambiance, avec les coupelles lumineuses.

Nous on adore

Pique-niquer en compagnie des familles autour des temples, qui sont de véritables lieux de vie.  

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.