L’île de Formentera

30/11/2017

C’est la plus petite et la plus en vogue des îles des Baléares, celle qui aime à se décrire comme l’ ”Ibiza d’antan ”, c’est-à-dire un havre de paix loin de tout. Criques, eaux turquoise, pinèdes, genévriers, forêts et marais salants, Formentera possède les mêmes atouts que sa grande sœur Ibiza mais les locaux ont eu à cœur de la préserver du tourisme de masse. Plutôt que de louer une voiture, enfourchez un scooter ou, pour les plus courageux, un vélo pour découvrir l’arrière-pays et les plus belles plages de l’île.

Avec seulement quatre bars et un chef-lieu qui compte à peine un millier d’habitants, Formentera donne le ton. On vient sur l’île avant tout pour ses paysages. Sur la côte, de grandes plages de sable fin bordées d’eaux où les posidonies, une plante vivace sous-marine, sont légion. Selon la force du vent qui souffle et le nombre de bateaux au large, les eaux cristallines dévoilent des nuances de turquoise et d’azur infinies. Au cœur du parc naturel des Salines, la plage de Ses Illetes en est l’illustration parfaite. On lui préférera, en été, la plage de Llevant, plus exposée aux vents mais moins fréquentée. Au large, à 150 mètres seulement du rivage, la minuscule île de Espalmador apparaît comme un mirage. Habitée par une riche famille catalane, elle se visite facilement. L’étang de boue qui se trouve au centre d’Espalmador est le passage incontournable pour une thalassothérapie 100% nature, avant d’aller se rincer dans les eaux claires de la Cala S’Alga.

Mais la petite île offre d’autres ravissements et il ne faudrait pas manquer une promenade au coucher du soleil près de ses étangs salés aux mille nuances de roses. En mettant le cap sur l’est et le phare de la Mola, Formentera dévoilera des paysages quasiment désertiques qui cèderont la place en quelques coups de pédale de vélo à des champs d’oliviers et de figuiers de barbarie à perte de vue. La dernière halte sera gastronomique, en profitant du marché de Sant Francesc et de ses produits frais, souvent produits sur l’île. 

Retour haut