New Providence & Paradise Island

30/05/2017

Lovée au fond d’une baie turquoise, la capitale des Bahamas séduit par son atmosphère caribéenne teintée de nostalgie coloniale. Sur Bay Street, la rue principale de Nassau, les boutiques de marques détaxées côtoient de belles demeures victoriennes et les édifices du gouvernement, en rose et blanc. Si vous êtes sur place le bon samedi du mois, ne manquez pas la relève de la garde au Palais du Gouverneur. Le contraste entre l’atmosphère tropicale et l’impassibilité des gardes de sa majesté vaut le détour !

Dans Downtown, plusieurs musées méritent la visite comme Pirates of Nassau, pour mieux connaître les origines corsaires de la ville, ou l’Heritage Museum of Bahamas, qui donne une vue d’ensemble de l’histoire de l’archipel. À quelques pas, se trouve le Graycliff, boutique-hôtel emblématique, situé dans l’ancienne maison d’un pirate célèbre. Boire un verre dans son superbe jardin tropical est un must, à défaut de dîner dans son restaurant, le plus réputé de l’archipel. Sa fabrique de cigares et sa chocolaterie sont à voir. Pour vous imprégner de la culture locale, ne manquez pas le marché la vannerie, et surtout le très animé marché aux poissons de Potter‘s Cay, sous le pont de Paradise Island. Si vous restez quelques jours à New Providence, partez à la découverte de Gambier, Adelaide et Fox Hill, les villages des esclaves affranchis, loin de l’effervescence de Nassau, et faites une halte sur Caves Beach, au nord de l’île, somptueuse plage ignorée des touristes !

À quelques encablures de New Providence, se dresse Paradise Island, un incroyable complexe touristique autour du thème de l’Atlantide, avec ses toboggans aquatiques vertigineux au milieu des aquariums, ses hôtels, son casino, le plus grand des Caraïbes, ses bassins pour dauphins… Tout y est démesuré et artificiel, mais cela vaut le coup d’œil. Les fans de James Bond ne manqueront pas de faire un tour à l’hôtel One & Only Ocean Club, où se déroulent plusieurs scènes de Casino Royal avec Daniel Craig. Son cloître du XIVe importé de France par un milliardaire américain est une vraie curiosité.

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.