Nos coups de cœur dans le Nord et l'Ouest

02/10/2016

S’initier au bush tucker

L’art de vivre aborigène a ses plaisirs et ses rugosités. Pour survivre dans un environnement hostile, il faut en connaître les secrets, percer le cœur des plantes chargées d’eau et de substances nutritives, s’arranger de quelques miettes comestibles laissées par la nature. Cette quête incessante fournit ce qui est appelé le bush tucker. Arbre à thé, noix, eucalyptus, larves composaient autrefois un menu frugal, mais goûteux que le chef Mark Olive a magnifié. Comptoir des voyages organise une visite (12 personnes) d’initiation dans le bush avec un guide anglophone. De quoi éveiller ses papilles et se découvrir un instinct de chasseur !

Découvrir le Centre Rouge en famille

Les enfants, c’est bien connu, adorent peindre avec les doigts ! Ils reconnaîtront la technique du dot painting, art visuel largement développé par les communautés aborigènes. Ce style domine depuis les années 1970, signe du renouveau d’une culture millénaire. Le centre culturel de Maruku ouvert par le peuple Anangu dans le parc d’Uluru présente près de 900 artistes venant de 18 communautés différentes. Autre passion enfantine, le kangourou, animal mystérieux dont le petit est niché dans une poche. Dans le Kangaroo Sanctuary d’Alice Springs, ils pourront les approcher de près.

Se rendre en terre d’Arnhem

La terre d’Arnhem fut un pays de personnages hauts en couleur, pionniers d’entre les pionniers. Cette immense réserve aborigène est sans doute celle où se sont le mieux perpétués les traditions, les modes de cultures et d’approvisionnements traditionnels. Les paysages maritimes et tropicaux tourmentés ont été préservés par les communautés et regorgent d’espèces sauvages. L’accès à la réserve nécessite une autorisation du Northern Land Council. Comptoir des voyages organise des journées de visite avec un guide anglophone.

Rencontrer les habitants des îles Tiwi

Les « îles du Sourire » se situent à 100 km de Darwin entre la mer d’Arafura et la mer de Timor. Forêts tropicales, plages de sable, cascades et piscines naturelles composent le paysage. Les deux grandes îles habitées de l’archipel (Bathurst et Melville) le sont en majorité par un clan aborigène aux influences mêlées. Ce peuple de navigateurs associe traditions polynésiennes et aborigènes. Les Tiwis sont d’habiles artisans et leur art s’exprime dans la confection de batiks, des coquillages peints et bijoux, de poterie et des gravures sur bois. 

Retour haut