La Grande Barrière de corail

12/10/2016

Amazonie bleue, Éden sous-marin mais surtout, bien de l’humanité inscrit au patrimoine de l’Unesco… la Grande Barrière de corail constitue la plus grande étendue corallienne de la planète et l’un des écosystèmes les plus complexes ; 2 100 édifices coralliens âgés pour les plus anciens de 18 millions d’années et pour les plus jeunes de 10 000 ans. Parmi ces vastes colonies vivant de la nourriture filtrée dans l’eau de mer, les espèces dures, bâtisseuses de récifs et les coraux mous semblables à des plantes. Ils ensemencent une fois par an seulement ce jardin extraordinaire. Il neige alors sous la mer, une neige dense de cellules fécondes qui attire des milliers de poissons.

Des eaux côtières peu profondes perlées de 540 îles continentales aux vastes douves (cayes) en passant par les abysses à 2 000 m de profondeur, tout un monde cohabite : entre autres, les fragiles dugongs (manatees), 242 espèces d’oiseaux et six des sept espèces de tortues marines perdurant sur Terre.

Les îles y sont généralement vallonnées et boisées comme Whitsundays et cernées de récifs frangeants. Plages sublimes à Magnetic Beach, randonnées au milieu des plantes grimpantes et des épaisses forêts de Heron Island, snorkeling à Hook. La terre de la Grande Barrière est aussi généreuse que ses eaux.

Ce fragile écosystème subit de plein fouet les acmés des phénomènes naturels comme les tempêtes tropicales, les afflux d’eau douce pendant les crues et les effets de la fréquentation touristique ou de la pollution. C’est pourquoi le parc est divisé en zones de gestion, ayant chacune une destination : pêche, activités nautiques, observation, recherche scientifique et réserve naturelle interdite au public. 

Le plus Comptoir des Voyages

Dormir dans la ferme de la famille Henderson dans la région de Rockhampton.

Retour haut