À goûter, siroter...

29/01/2015

Santé !

En Argentine, les premières vignes remontent au XVIe siècle. Le pays se place au 5e rang mondial des producteurs de vins (2015). La culture se fait principalement dans le piémont oriental des Andes, dans des vallées d’altitude qui épargnent les plantes des insectes, maladies et champignons. Les vignobles apparaissent depuis Salta au nord jusqu’aux régions plus tempérées de Patagonie, sur près de 2 400 km de long. Les plus importantes régions viticoles se trouvent du côté de Mendoza (plus de 60 % de la production de vin), de San Juan et de la Rioja. Dans une moindre mesure dans les régions de Salta, Jujuy, Catamarca, Rio negro, Neuquén et Buenos Aires. Pour les blancs : chardonnay, sauvignon, chenin, viognier, sémillon et torrontès. Pour les rouges : malbec, bonarda, tempranillo, cabernet/ sauvignon et syrah.

En dehors du vin, c’est la bière qui trône sur les tables, notamment les tables basses... Il faut dire qu’elle accompagne plus facilement les soirées de match que les grands crus. Fierté nationale, la Quilmes se fait tout de même disputer sa popularité par la Corona (Mexique). Dans les alcools forts, la chicha (jus de fruits fermenté et alcoolisé venu du Chili) et le pisco (eau-de-vie à base de raisin) sauront vous surprendre par leurs saveurs.

Côté douceur, laissez-vous tenter par le licuado, un milk-shake mixant le plus souvent lait et banane. La boisson nationale reste cependant le maté, cette boisson tonifiante cultivée dans le nord-est se déguste à la moindre occasion.

À table !

Le bife (viande de bœufs) est la fierté de l’Argentine qui lui rend hommage en le cuisinant sous toutes les coutures (grillées ou en sauce). L’héritage des gauchos tient en un mot : asado (barbecue). Il consiste en un échantillon varié de viandes grillées (parrilladas) assaisonnées de chimichurri, une marinade de persil, d’ail, piment et citron. C’est une véritable institution en Argentine. Les plats traditionnels varient en fonction des cultures : la milanesa (escalope ou steak panés) fut apportée par les Italiens, le pastel de choclo (sorte de hachis parmentier de maïs et de bœuf) et la humitas (purée de maïs) sont eux d’origine précolombienne. La cazuela (bouillon de bœuf ou de poulet) et le porotos granados (soupe à base de haricots) sont les deux potages les plus courants. L’empanada (chausson farci) est, quant à elle, l’en-cas incontournable.

À savoir : au restaurant, les viandes sont servies sans garniture, on les commande en supplément

Le dulce de leche, littéralement « douceur de lait », se traduit en français par « confiture de lait ». Il s’agit en fait d’une sorte de caramel préparé à base de lait concentré sucré. Incontournable de la vie des Argentins, il s’en consomme 3 kg/ an/habitant, plus encore que notre consommation nationale de la fameuse pâte à tartiner au chocolat. On en déguste sur des crêpes, les panqueques, ou avec de la banane et on appelle alors ce dessert bomba. On en fait aussi des glaces.

Les alfajores, petite pâtisserie incontournable, en sont généreusement fourrés…

Retour haut