4 conseils pour se fondre dans le décor

01/02/2015
1

Aller à la milonga

La milonga désigne un style musical de tango rythmé mais aussi le bal où l’on danse le tango. Les chansons s’y jouent regroupées en séquences de 3 à 5 morceaux, les tandas, elles-mêmes entrecoupées d’une cortina, intermède musical permettant de changer de cavalier. On choisit son partenaire d’une mirada (regard) et d’un cabeceo (signe de la tête). Le danseur enlace sa partenaire d’un abrazo viril mais tendre, et entre dans la ronde avec une salida, un premier pas sur la gauche. Les danseurs tournent en rond dans le sens contraire des aiguilles d’une montre, débutants au centre, les plus expérimentés sur les bords. 

2

Partager le maté

C’est une infusion de feuilles torréfiées et pulvérisées de la plante ilex paraguariensis. Elle se boit dans une calebasse, qui se dit en quechua : maté, d’où le nom. On boit grâce à un tube métallique qui sert aussi de filtre, la bombilla. La boisson a une saveur amère et herbeuse et a la propriété d’être un tonique nerveux et musculaire. Les Argentins la consomment amargo (sans sucre), alors que les gringos (non-Argentins) la boivent dulce (avec du sucre). Selon la tradition des gauchos, on se met en cercle et on se passe la boisson de main en main, dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. C’est un moment de partage, un véritable acte social. 

3

Fêter la Pachamama

C’est la déesse inca liée à la fertilité. Si vous êtes au mois d’août à Humahuaca, assistez au grand rituel de Pachamama qui remercie la Terre de ce qu’elle a offert durant l’année écoulée, et pour l’inciter à offrir une nouvelle année fructueuse. Un trou (boca, la bouche) est creusé dans le sol et est censé aller directement au cœur de la terre. Des cigares y sont allumés tout autour à des fins de purification. On y verse de l’eau bénite et des offrandes comme des céréales, des feuilles de coca, de l’alcool ou de la bière. Ces offrandes sont appelées challa ou pago. Après quoi on ferme la bouche, et la cérémonie se termine par de la musique et des chants... 

4

Cuisiner à la gaucho

Les gauchos sont les gardiens de troupeaux de bœufs. Ces derniers vivants heureux dans la pampa, donnent une viande tendre et savoureuse, reconnue dans le monde entier. Pour la savourer au mieux, on la saupoudre d’un condiment local, le chimichurri, on la cuit au charbon de bois, sur des braises pas trop chaudes, car on ne la saisit pas, on laisse cuire assez longtemps, légèrement à couvert. On appelle cette cuisson l’asado. Très carnivores, les Argentins ne mangent jamais la viande saignante et vous ne réussirez pas à obtenir ce type de cuisson. Outre le bœuf, on grille en asado toutes autres sortes de viandes, c’est le barbecue traditionnel argentin. 

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.